Nîmes: Empêché d'entrer en mairie avec Pamela Anderson, l'avocat de l'Alliance anticorrida porte plainte

JUSTICE Le 18 mai, l’actrice d’«Alerte à Malibu» et Claire Starozinski, présidente de l’association, avait pu déposer leur pétition en mairie, mais l'avocat était resté dehors...

Nicolas Bonzom

— 

Pamela Anderson et la présidente de l'Alliance anticorrida.
Pamela Anderson et la présidente de l'Alliance anticorrida. — Claire Starozinski

C’était le 18 mai dernier : Pamela Anderson et Claire Starozinski, présidente de l’Alliance anticorrida se présentaient devant l’hôtel de ville de Nîmes, pour tenter de déposer une pétition rassemblant quelque 600.000 signatures contre les corridas.

Quelques semaines plus tôt, le maire de la capitale du Gard,​ Jean-Paul Fournier (LR), avait écrit à l’association qu’il ne les recevrait pas, ce n'est « pas nécessaire », « car Nîmes est une ville de terre taurine », soulignait-il. « Nous avons décidé d’aller tout de même en mairie, déposer la pétition, comme tout citoyen », raconte Claire Starozinski à 20 Minutes. Mais ce jour-là, un policier municipal leur bloque l’entrée.

L’avocat est resté dehors

« Non, vous n’entrez pas, nous a-t-il dit, puis il nous a finalement laissées entrer », reprend la militante. L’actrice d’Alerte à Malibu et Claire Starozinski montent alors déposer le dossier, mais pas l’avocat de l’Alliance anticorrida, qui restera… sur le perron.

Et ça, ça ne passe pas, pour Lionel Marzials, l’avocat de l’association, qui porte plainte contre la commune, « pour entrave à l’exercice de sa profession et discrimination ».

Une « attitude discriminatoire »

« Un policier municipal m’a interdit l’entrée, avec une virulence considérable, bien que je lui aie préalablement décliné (…) mon identité, ma qualité de citoyen nîmois, et que je lui aie proposé de viser ma carte professionnelle pour s’en assurer. L’interdiction à l’accès à la maison commune (…) est une attitude discriminatoire », indique Lionel Marzials, dans un courrier au procureur de la République de Nîmes que nous avons pu lire.

Sollicitée, la mairie de Nîmes n’a pour l’instant pas répondu à nos demandes.