Tarn: Il accuse une agricultrice d'esclavage moderne

JUSTICE Ce sexagénaire, qui assure avoir travaille 60 à 70 heures par semaine, a porté plainte contre son employeur qui hébergeait aussi sa famille...

J.R.

— 

Illustration d'un tracteur dans un champ.
Illustration d'un tracteur dans un champ. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Après des mois de travail, il a porté plainte contre son employeur pour « traite des êtres humains ». Habib Sboui, 65 ans, assure avoir été victime de travail forcé durant plusieurs mois de la part de son employeur, qui l’hébergeait lui et sa famille, rapporte La Dépêche du Midi.

Le sexagénaire a porté plainte en novembre 2017 contre cette femme pour qui il travaillait entre 60 et 70 heures par semaine.

Travail contre logement

Il y a un an et demi, Habib, père de deux enfants, a pris sa retraite après 40 ans de bons et loyaux services dans le bâtiment. Pour arrondir sa retraite de 800 euros par mois, il a cherché un petit boulot sur le site « Seniors à votre service ». Il a découvert alors cette proposition de travail à Ambres, près de Lavaur, où un bel appartement est mis à disposition contre 18 heures de travail par semaine.

Le sexagénaire décide de quitter l’Alsace pour le Tarn. Son déménagement a lieu dans de bonnes conditions. C’est quelques mois plus tard que la charge de travail augmente… Sa femme travaille dans la maison de la propriétaire et Habib enchaîne les heures de travail.

Signalement auprès du parquet

Pour conserver son emploi et son logement, Habib encaisse ce rythme effréné. Epuisé, il finit par rencontrer le maire du village. Ce dernier l’épaule alors pour reloger l’employé et sa famille à Graulhet et réalise un signalement en novembre 2017 auprès du parquet de Castres. La gendarmerie de Lavaur lance alors une enquête.

L’agricultrice qui employait Habib réfute toutes ces accusations, arguant de la folie de son ancien employé.