Toulouse: Les assassins de Miloud, abattu en 2014 par erreur, ne seront certainement jamais jugés

JUSTICE La cour d’appel a confirmé ce jeudi le non-lieu dans l’affaire du Milano, une pizzeria où un jeune homme de 25 ans avait été abattu en 2014, en pleine période de règlements de compte aux Izards. Personne n’a été mis en examen…

Beatrice Colin

— 

Scellés posés après une fusillade route de Launaguet à Toulouse, dans le quartier des Minimes, le 22 janvier 2014.
Scellés posés après une fusillade route de Launaguet à Toulouse, dans le quartier des Minimes, le 22 janvier 2014. — F. SCHEIBER / 20 MINUTES

Le 21 janvier 2014, Miloud Nemar était abattu à la pizzeria Le Milano, route de Launaguet. A l’époque, une série de réglements de compte agite les cités toulousaines sur fond de trafic de drogue. Mais ce soir-là, il y aura erreur sur la personne. Miloud est assassiné mais, comme va le démontrer l’enquête, il ne trempait pas dans ces affaires.

Après plusieurs années d’enquête, un non-lieu a été prononcé, personne n’ayant été mis en examen pour cet assassinat. La famille de la victime a voulu relancer l’instruction en demandant des investigations sur les commanditaires. Ce jeudi, la cour d’appel a rejeté sa demande.

« Abandon judiciaire des quartiers »

« Les commanditaires sont identifiés, tout le monde sait dans le quartier qu’il s’agit du chef de la bande rivale, on ouvre le dossier, on le voit tout de suite. J’ai demandé qu’il soit mis sur écoute, mais il n’y a pas eu un acte d’enquête en ce sens, ils n’ont recherché que les exécutants », déplore Stella Bisseuil, l’avocate de la famille de Miloud Nemar.

Pour cette dernière, cette décision est symptomatique de « l’impunité qui règne dans les quartiers ». « Sa sœur considère qu’il y a un double abandon des quartiers, d’un côté social, de l’autre judiciaire », poursuit l’avocate. Cette dernière va étudier un éventuel pourvoi en cassation.