Calais: La justice autorise finalement la tenue du festival vegan

MAINTIEN La municipalité avait annulé l’événement, notamment parce que les agriculteurs et bouchers avaient prévu de venir manifester…

Mikael Libert

— 

Illustration justice.
Illustration justice. — M.LIBERT/20 MINUTES

La justice a tranché dans le lard. Ce mardi, le tribunal administratif a donné raison à l’association Farplace dans son litige qui l’opposait à la mairie de Calais sur la tenue d'un festival vegan, samedi, dans une salle municipale.

Le 31 août, les organisateurs du Calais vegan festival ont déposé un référé devant la justice afin de demander que la décision de la mairie d’annuler leur événement soit suspendue. En effet, après avoir, dans un premier temps, donné son accord, la municipalité avait finalement annulé la convention de mise à disposition du Forum Gambetta, où devait se tenir le festival.

L’argument des actions des antispécistes

Pour justifier cette décision, la ville avait évoqué la dégradation de plusieurs commerces de bouche à Lille, imputée à des militants antispécistes. Il avait aussi été mentionné que des artisans bouchers et des agriculteurs avaient prévu, en réaction à ces attaques, de venir manifester pacifiquement devant l’entrée du festival. Ce contexte de tensions entre les deux parties avait fait craindre à la mairie des troubles à l’ordre public.

Des arguments qui n’ont pas convaincu le tribunal. Sur la tension entre pro et anti viande, le juge assure qu’elle « est restée circonscrite à des propos critiques dont la presse s’est fait l’écho. » Le magistrat note, par ailleurs, que l’annonce de la manifestation devant le festival « était accompagnée par un souhait d’éviter les violences ». Il a aussi été relevé que des festivals vegan ailleurs en France se sont déroulés sans incident.

L’annulation du festival a donc été reconnue comme constituant « une atteinte grave et manifestement illégale portée à une liberté fondamentale ». La mairie a ainsi été enjointe de laisser se dérouler le festival.