Fêtes de Bayonne: Les agresseurs présumés des rugbymen toulousains relaxés pour vice de procédure

JUSTICE Les cinq suspects jugés pour avoir violemment agressé des jeunes rugbymen toulousains lors des Fêtes de Bayonne ont été relaxés pour vice de procédure. Il n’y avait pas d’avocat au «tapissage»…

20 Minutes avec AFP

— 

L'ouverture des Fêtes de Bayonne, le 25 juillet 2018.
L'ouverture des Fêtes de Bayonne, le 25 juillet 2018. — I. Harsin - Sipa

Quand les cinq suspects ont été identifiés par leurs victimes derrière une vitre sans tain du commissariat de Bayonne, leur avocat n’était pas à leurs côtés. Ce vice de procédure a entraîné jeudi la relaxe générale des cinq prévenus qui comparaissaient pour une rixe d’une extrême violence survenue lors des Fêtes de Bayonne. Sept jeunes rugbymen de Toulouse ont été blessés, dont deux grièvement à coups de couteau et de tessons de bouteille.

La scène a eu lieu dans la nuit du 29 au 30 juillet. Les Toulousains étaient là pour fêter leur baccalauréat quand ils ont été agressés par un groupe de jeunes de Paris et de Bayonne. Cinq des agresseurs ont été interpellés au cours la même nuit, facilement identifiables, notamment parce qu’ils ne portaient la tenue traditionnelle des « festayres », blanche et rouge. Mais la suite de la procédure fait s’écrouler le dossier.

« Sentiment d’impunité »

« Les victimes que je représente, qui sont de très jeunes victimes, vont avoir un sentiment d’injustice. Les prévenus, un sentiment d’impunité, qui est loin d’être un bon sentiment », regrette Nathalie Peynaud, l’avocate des rugbymen toulousains. Certains des relaxés ayant déjà un casier, elle estime que « nous ne sommes pas à l’abri d’une récidive ».

>> A lire aussi : Fêtes de Bayonne: Deux Toulousains sérieusement blessés après une rixe