Cannes: Il séjourne sans payer dans un hôtel de luxe de la Croisette... pendant 21 jours

JUSTICE Ce plagiste qui profitait d’un confort de luxe a été condamné à 100 jours-amendes à 5 euros…

M.F.

— 

Le groupe hôtelier américain Starwood Capital a vendu quatre de ses plus gros établissements français, dont le Martinez à Cannes (sud-est) et le Concorde Lafayette Porte Maillot à Paris, à un investisseur du Qatar, a-t-on appris de sources proches du dossier.
Le groupe hôtelier américain Starwood Capital a vendu quatre de ses plus gros établissements français, dont le Martinez à Cannes (sud-est) et le Concorde Lafayette Porte Maillot à Paris, à un investisseur du Qatar, a-t-on appris de sources proches du dossier. — Valery Hache afp.com

Il passait ses journées à travailler sous le soleil et sur le sable. Et ses heures de repos dans les salons luxueux de la Croisette. Un plagiste de 28 ans se reposait à l’œil pendant près d’un mois dans l’un des hôtels de luxe 5 étoiles de  Cannes, le Martinez. Selon Nice-Matin, il s’est expliqué vendredi devant le tribunal correctionnel de Grasse.

Deux heures par jour, ce saisonnier s’infiltrait dans le Martinez, au spa ou dans les salons, sans jamais forcer de serrure. Le jeune homme explique avoir « un travail harassant et aucun endroit pour se reposer. C’était pour me reposer une ou deux heures, s’est-il justifié lors de l’audience rapportée par le journal local. Je voulais être seul et charger mon téléphone. »

De l’eau et des pommes consommées

Il aurait profité du confort de l’hôtel du 1er août eu 21 août. En 21 jours, il aurait uniquement bu de l’eau en bouteille et mangé des pommes. Mais comment a-t-il pu s’infiltrer autant de temps dans cet hôtel luxueux ? Le plagiste y avait été invité deux années auparavant.

Pointant plusieurs mentions pour vols, escroqueries, outrages, violences dans son casier judiciaire et une faiblesse psychologique, le tribunal le condamne à 100 jours-amendes à 5 euros.

>> A lire aussi : Ils bronzent sur une plage de Cannes et sont interpellés pour une addition non réglée