Accusée de malversations, Sophia Chikirou compte saisir la justice pour prouver sa «bonne gestion» du «Média»

JUSTICE Sophia Chikirou, ex-directrice de la publication du Média, compte saisir la justice pour prouver sa bonne gestion financière du site d'information, alors que d'anciens collègues l'accusent de malversations...

A.O

— 

Sophia Chikirou, confondatrice du Média, devant la rédaction le 26 février 2018.
Sophia Chikirou, confondatrice du Média, devant la rédaction le 26 février 2018. — LE MEDIA / CAPTURE D'ECRAN

Face aux accusations, la contre-attaque judiciaire. Sophia Chikirou, ancienne directrice de la publication du Média, qui a démissionné début juillet de son poste, n'a pas manqué de réagir face aux accusations de malversations portées par certains de ses anciens collègues du site d'information lancé par plusieurs sympathisants de La France insoumise (FI).

Comme l'a révélé Mediapart ce vendredi, l'ex-conseillère de Jean-Luc Mélenchon – qui occupe désormais le même poste pour la campagne européenne de La France insoumise – est accusée par des salariés du Média d'avoir facturé des « prestations sans réalité » alors qu'elle affirmait exercer sa fonction à titre bénévole.

Mediapart précise qu'elle est accusée d'avoir voulu se rémunérer – à hauteur de 130.000 euros  –, via sa société Mediascop (dont elle est l'unique actionnaire). 

Sophia Chikirou veut « prouver [sa] bonne gestion »

En raison «de la gravité de ces accusations», «je vais devoir saisir le tribunal de grande instance et demander la désignation d’un administrateur judiciaire provisoire et un audit pour prouver ma bonne gestion», rétorique Sophia Chikirou, interrogé par Médiapart. 

La rentrée du Média, prévue le 3 septembre, s'annonce en tout cas tendue alors que les conflits entre l'ancienne et la nouvelle direction sont visiblement encore loin d'être résolus.