Loire: Le maire PCF de Firminy finalement poursuivi pour agression sexuelle

AGRESSION SEXUELLE Les faits présumés se sont déroulés lors de l’été 2016, en Turquie...

Alexandra Segond

— 

Vue, le 1er juillet 2016, de la Maison de la Culture (en bas) et de l'église Saint-Pierre (2e plan à droite) construites par Le Corbusier dans les années 50 à Firminy, près de Saint-Etienne (Loire)
Vue, le 1er juillet 2016, de la Maison de la Culture (en bas) et de l'église Saint-Pierre (2e plan à droite) construites par Le Corbusier dans les années 50 à Firminy, près de Saint-Etienne (Loire) — PHILIPPE DESMAZES AFP

Une nouvelle étape dans le déroulement de l’enquête. Le parquet de Saint-Étienne vient de fixer la date du jugement de Marc Petit, le maire de Firminy. Le 24 janvier 2019, à 13h30 exactement, l’élu de 51 ans devra répondre de ses actes devant la justice, explique France Bleu Saint-Etienne Loire. Il est en effet poursuivi pour agression sexuelle.

L’élu nie les faits

L’agression se serait déroulée en Turquie, au mois de juillet 2016, quand la ville de Marc Petit soutenait la candidature du site Le Corbusier à l’UNESCO. La victime, une jeune femme travaillant alors pour le conseil général du Puy-de-Dôme, avait porté plainte juste après les faits.

Firminy (Loire)
Firminy (Loire) - Capture d'écran Google map

Cette enquête s’étire dans la durée. Marc Petit a d’abord été officiellement informé de la plainte le 13 octobre 2016. Ensuite, les policiers sont venus perquisitionner la mairie en novembre 2017, soit presque un an après. Le maire avait ensuite été placé en garde à vue début décembre 2016.

En juin dernier, Marc Petit avait nié l’agression lors d’une confrontation avec son accusatrice dans les locaux de la police judiciaire.

>> A lire aussi : Le maire de la commune de Firminy sera jugé pour agression sexuelle