Alzheimer: Un pharmacien qui demandait le remboursement des médicaments débouté par la justice

SÉCURITÉ SOCIALE Il estimait que le ministère de la Santé s’était appuyé sur des éléments « matériellement inexacts » pour décider de dérembourser les traitements contre Alzheimer…

20 minutes avec agences

— 

L'interne en pharmacie contestait le remboursement de quatre médicaments contre la maladie d'Alzheimer.
(illustration)
L'interne en pharmacie contestait le remboursement de quatre médicaments contre la maladie d'Alzheimer. (illustration) — Philippe Huguen AFP/Archives

Un interne en pharmacie, qui contestait le déremboursement de quatre médicaments contre la maladie d’ Alzheimer, a été débouté par le Conseil d’Etat ce mercredi.

Il affirmait que la décision prise fin juin de ne plus rembourser l’Aricept, l’Ebixa, l’Exelon, le Reminyl et leurs génériques à partir du 1er août reposait « sur des faits scientifiques et médicaux matériellement inexacts ». Les « sages » ont pourtant estimé qu’il n’existait pas « un intérêt suffisamment direct et certain à agir ».

Effets indésirables

Les quatre traitements concernés étaient remboursés par l’Assurance maladie à hauteur de 15 %. Mais en octobre 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) avait pointé « un intérêt médical insuffisant pour justifier leur prise en charge » et « l’existence d’effets indésirables potentiellement graves ».

Le pharmacien, qui s’assimile « à un lanceur d’alerte » selon son avocate, était soutenu dans sa démarche par l’association France Alzheimer et plusieurs organisations professionnelles de gériatrie, neurologie ou neuropsychiatrie. Toutes remettaient en cause le bien-fondé de l’arrêté ministériel et de l’évaluation de la Haute Autorité.

>> A lire aussi : Les médicaments anti-Alzheimer ne seront plus remboursés à partir du 1er août

>> A lire aussi : Association France Alzheimer: «Le déremboursement des médicaments aura une incidence sur le parcours de soins du malade»