Rouen: Trois nounous de la méthode Montessori accusées de violences sur une quinzaine d'enfants

MALTRAITANCE Au tribunal, les parents ont appris que certains enfants étaient punis, enfermés dans le noir ou privés de nourriture…

20 Minutes avec agence

— 

Le 29 janvier 2015. Illustration du procès de Nicolas Blondiau à Avignon. AFP PHOTO / BORIS HORVAT
Le 29 janvier 2015. Illustration du procès de Nicolas Blondiau à Avignon. AFP PHOTO / BORIS HORVAT — AFP

Trois assistantes maternelles se revendiquant de la pédagogie Montessori sont poursuivies pour des faits de violence volontaire envers des enfants, rapporte France 3 Normandie. C’est une de leurs collègues qui les a dénoncées.

Les faits se seraient produits entre 2014 et 2018 au sein d’une Maison d’Assistantes Maternelles (MAM) de Rouen (Seine-Maritime). Les trois mises en cause ont comparu ce mercredi devant le tribunal correctionnel.

Brimades, punitions et privations

Au cours du procès, les parents des victimes ont appris qu’une fillette avait été « mise à l’écart parce qu’elle était moche ». D’autres enfants auraient été « enfermés dans le noir parce qu’ils pleuraient » ou forcés de faire la sieste toute la journée. Les trois « nounous » sont aussi accusées d’avoir privé les enfants de nourriture, certains parents ayant remarqué une perte de poids chez leur enfant.

Le département de Seine-Maritime et le service de Protection maternelle et infantile, responsable de l’attribution des agréments, se sont portés partie civile. La MAM a fermé et les trois assistantes maternelles ont d’ores et déjà perdu leur agrément.

Une peine de six mois de prison avec sursis a été requise pour chacune des femmes, ainsi qu’une interdiction d’agrément pour une période de trois ans. Le délibéré de l’affaire est prévu pour le 8 août prochain.

>> A lire aussi : Angoulême: Un père soupçonné dans la mort de son enfant présentant les marques du «bébé secoué»

>> A lire aussi : Perpignan: Un bébé de 3 mois décède, victime du syndrome du bébé secoué

 

Mots-clés :