Alpes-Maritimes: Un élu condamné pour détention d’images pédopornographiques

JUSTICE La condamnation d'un adjoint d'une commune de 150 habitants des Alpes-Maritimes a mis le feu aux poudres...  

A.M.

— 

Illustration d'un panneau indiquant la mairie.
Illustration d'un panneau indiquant la mairie. — Gil Michel / SIPA

La condamnation de l’ancien premier adjoint au maire, Antoine Miron, pour détention d’images pédopornographiques la semaine dernière a bousculé le calme de Venanson, un petit village des Alpes-Matitimes, rapporte Nice-Matin.

Depuis, trois élus d’opposition ont présenté leur démission, estimant que Claude Guigo, le maire, a protégé son adjoint. « Antoine Miron a été interpellé en janvier 2017, il a reconnu les faits, le maire aurait dû l’écarter tout de suite ou, en tout cas, bien avant le mois dernier. Pendant un an et demi, Antoine Miron était partout, à toutes les manifestations de la commune. Il prenait la parole. Il naviguait dans le village et était même présent à l’atelier de Noël des enfants ! », dénonce Loetitia Lore au quotidien niçois.

Depuis une pétition circule dans le village réclamant la tête du maire. Le maire se défend, lui, d’avoir été au courant. « Quand j’ai su, j’ai été outré. Nous avons immédiatement fait le nécessaire pour que la personne mise en cause soit écartée de toute représentation publique et élective », affirme Claude Guigo. Il n’a pas prévu de démissionner et fera le point en 2019 quant à une eventuelle candidature pour 2020.

>> A lire aussi : La danseuse Ophélie Longuet est décédée à l'âge de 40 ans dans une accident de la route près d'Avignon

>> A lire aussi : VIDEO. Les chanteurs Jay-Z et Beyoncé célèbrent la fin de leur tournée à Nice avec Bono