Pyrénées-Atlantique: La justice saisie par la Haute autorité pour la transparence à propos du patrimoine du Conseil départemental

PATRIMOINE L’actuel président du conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques aurait omis « une partie substantielle » de son patrimoine lors de sa déclaration de fin de mandat…

Alexandra Segond avec AFP

— 

La HATVP a émis « un doute sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité de la déclaration » de Jean-Jacques Lasserre.
La HATVP a émis « un doute sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité de la déclaration » de Jean-Jacques Lasserre. — VALERY HACHE / AFP

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a annoncé aujourd’hui avoir saisi la justice, rapporte Sud-Ouest. Cela fait suite à la déclaration de patrimoine de fin de mandat de Jean-Jacques Lasserre, ancien sénateur MoDem et actuel président du conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques. En effet, il existerait « un doute sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité de cette déclaration » établie en mars 2017.

« Je suis sincèrement étonné »

Pour sa part, Jean-Jacques Lasserre assure avoir toujours déclaré son patrimoine dans la plus grande transparence face aux exigences de l’autorité administrative et se dit « sincèrement étonné » de l’annonce de la HATVP.

Il reconnaît cependant « une négligence » en 2017 tout en assurant avoir fourni tous les éléments nécessaires à son dossier de déclaration : « À l’échéance de mon mandat de sénateur, j’ai apporté les éléments complémentaires à mon dossier, ne sachant pas qu’il était nécessaire de procéder à une nouvelle déclaration intégrale, tous les éléments figurant déjà dans mon dossier à la HATVP ».

Le parquet peut ouvrir une enquête judiciaire, comme cela a déjà été le cas pour des parlementaires signalés par la HATVP. Jean-Jacques Lasserre assure se tenir « à la disposition des autorités », qui jugent pour leur part nécessaire de « porter ces faits, susceptibles de constituer des infractions pénales, à la connaissance du procureur de la République de Paris ».