Pas-de-Calais: Condamnés à des peines de prison pour avoir torturé et tué un chien

JUSTICE Les deux tortionnaires d’un chien cane corso ont écopé de peines de prison ferme, dans le Pas-de-Calais…

G.D.

— 

Illustration d'un chien de race cane corso.
Illustration d'un chien de race cane corso. — Gerard Lacz / SIPA
  • Le chien avait été retrouvé transpercé d’un pieu et lardé de coups de couteau.
  • Les associations de protection des animaux dénoncent des peines trop clémentes au vu des souffrances qu’a subies l’animal et déplorent aussi la relaxe du propriétaire.

Le cadavre du chien avait été retrouvé avec de nombreuses marques de torture. Accusés d’avoir pratiqué des actes de cruauté envers l’animal, deux hommes ont été condamnés à de la prison ferme, lundi, par le tribunal de Béthune, dans le Pas-de-Calais, rapporte La Voix du Nord.

C’est un promeneur qui avait découvert le corps du chien, un cane corso, transpercé par un pieu, au pied d’un terril à Liévin. L’animal avait également subi des coups de couteau. Pas moins de sept associations de protection des animaux s’étaient portées parties civiles dans cette affaire.

Alcool et cocaïne

Le couple, propriétaire du chien, et deux de leurs amis comparaissaient pour s’expliquer. Selon les témoignages de chacun, tout a commencé par une soirée empreinte d’alcool et de cocaïne. L’un des amis nie être sorti avec le chien. L’autre assure pourtant avoir emmené le cane corso sur le terril en sa compagnie.

Il assure s’être absenté un moment pour assouvir « un besoin naturel » avant de retrouver l’animal lardé de coups de couteau. Il n’a fait qu'« abréger ses souffrances » d’après ses dires.

La femme en avait peur

Les propriétaires étaient suspectés de complicité d’abandon d’animal. Ils avaient demandé à leurs amis de se débarrasser de leur chien baptisé Little Boy, car la femme en avait peur. Cette dernière affirme quelle ne pensait pas qu’ils le tueraient.

Le propriétaire a finalement été relaxé. Sa compagne a écopé d’une peine de 4 mois de prison avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve de 24 mois. Les deux amis ont été condamnés, respectivement, à un an et neuf mois de prison ferme.

Les associations de protection des animaux dénoncent des peines trop clémentes au vu des souffrances qu’a subies l’animal. Elles déplorent aussi la relaxe du propriétaire déjà accusé de maltraitance envers son chien avant cette soirée.