Beaucaire: Condamné pour avoir traité le maire Front national de «sale raciste»

OUTRAGE L’homme devra payer une amende, deux semaines après la condamnation définitive d’une enseignante, déjà pour outrage, dont le pourvoi en cassation a été rejeté…

Jerome Diesnis

— 

Julien Sanchez, le maire FN de Beaucaire
Julien Sanchez, le maire FN de Beaucaire — APERCU/SIPA

Un habitant de Beaucaire (Gard) a été condamné à 300 euros et 150 euros d’amende de dommages et intérêts à verser à Julien Sanchez, le maire (FN) de Beaucaire, par le tribunal correctionnel de Nîmes. Poursuivi pour outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique, il avait traité l’édile de « sale raciste » le 8 octobre 2017, en marge d’un rassemblement. Le vice-procureur avait requis 3 mois de prison et 600 euros d’amende.

Dans sa plaidoirie, le représentant du ministère public a estimé que le fait de le traiter de « sale raciste » qui constituait l’infraction. « Il ne dit pas : “Monsieur le maire vous êtes raciste”, car cette phrase n’est pas punissable », a-t-il expliqué, selon les propos rapportés par Objectif Gard.

Le 20 juin, déjà une victoire dans un autre procès

Le 20 juin, Julien Sanchez a gagné un autre procès. Le pourvoi d’une enseignante, syndiquée à la CGT, qui l’avait insulté (ainsi qu’un adjoint) lors du conseil d’administration du lycée professionnel de Beaucaire, en 2014, a été rejeté. Au sujet des deux hommes, fraîchement élus à Beaucaire, elle avait évoqué la présence « de membres d’un parti raciste et xénophobe ».

Sa condamnation pour outrage à 1.500 euros d’amende et autant de dommages et intérêts pour les deux élus est donc définitive. A ceci, s’ajoutent les frais de justice pour le pourvoi.