Valence: Elle donne un chèque à son fils pour ses livres scolaires et frôle l'interdit bancaire

VOL Le chèque, égaré par son fils, n'a pas été perdu pour tout le monde...

E.F.

— 

Un palais de justice (illustration).
Un palais de justice (illustration). — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Lorsqu’elle a trouvé le chèque dans la rue, elle l’a pris et l’a encaissé sur son compte, faisant fi du préjudice qu’elle pourrait causer. Mardi, une jeune femme de 21 ans a été condamnée à 105 heures de travaux d’intérêt général devant le tribunal correctionnel de Valence (Drôme) pour avoir escroqué une mère de famille en septembre 2017.

A l’approche de la rentrée scolaire, la victime avait donné à son fils deux chèques en blanc pour qu’il puisse s’acheter ses livres scolaires. Le lycéen était rentré chez lui, bredouille, expliquant avoir perdu le chèque, relate Le Dauphiné. Quelques semaines plus tard, la banque avait appelé la mère de famille en lui indiquant que 1 650 euros venaient d’être débités de son compte.

La victime compréhensive

La victime, vivant seule avec ses deux enfants, avait alors dû batailler pour éviter l’interdit bancaire, a-t-elle témoigné mardi à la barre du tribunal, et avait dû payer de multiples frais liés à son découvert. « C’est une somme très importante pour moi. Vous auriez pu prendre moins », a-t-elle lancé, avec beaucoup de compréhension, à la jeune voleuse lors du procès.

Cette dernière, en rupture familiale et hébergée chez sa grand-mère, a reconnu les faits et a expliqué avoir encaissé le chèque sur son compte sans réfléchir aux conséquences, animée alors par le besoin d’argent.

La jeune fille, actuellement en détention dans le cadre d’une autre peine, a également été condamnée à verser 50 euros de dommages et intérêts. Une petite somme que réclamait la mère de famille en réparation du préjudice subi.