Besançon: Un homme relaxé après avoir eu une relation sexuelle avec un ado de 13 ans

TRIBUNAL CORRECTIONNEL Le prévenu, âgé de 25 ans au moment des faits, a expliqué qu’il pensait que le jeune garçon était majeur et qu'il était pleinement consentant...

H. B.

— 

Illustration d'un tribunal.
Illustration d'un tribunal. — G . VARELA / 20 MINUTES

Il a échappé à une condamnation. Un homme de 25 ans, accusé d’avoir abusé sexuellement d’un mineur de 13 ans dans le Haut-Doubs, a été relaxé ce mercredi par le tribunal correctionnel de Besançon (Doubs). Le prévenu a expliqué qu’il pensait que l’adolescent était majeur, et que ce dernier était pleinement consentant, rapporte L'Est Républicain.

Les faits se sont déroulés en février 2017. Le prévenu a répondu à une petite annonce laissée sur un site de rencontres homosexuelles par un garçon prétendument âgé de 18 ans. Habitué des sites internet montrant de très jeunes hommes nus, celui-ci se laisse « tromper » par la photo de l’adolescent, alors âgé de 13 ans et demi.

« Il m’a affirmé avoir plus de 15 ans »

Après quelques échanges les deux décident de se rencontrer, et ont une relation sexuelle. « J’ai pourtant eu un doute en le voyant, explique le prévenu. Il m’a affirmé avoir plus de 15 ans. Sa morphologie pouvait le faire croire. Je n’ai pas vérifié et nous sommes passés à l’acte. Il paraissait enthousiaste », rapporte l’Est Républicain.

L’affaire prend une tournure judiciaire quelques semaines après. La mère du jeune garçon décide de porter plainte après avoir découvert des messages dans son téléphone Lors de la première déposition, l’adolescent parle de « viol » aux gendarmes mais lors de la confrontation avec le prévenu, il se rétracte.

Aucune infraction sexuelle retenue contre lui

« Je crois qu’il a eu peur au moment des faits, face à un adulte, et qu’il n’a pas osé dire non. Le prévenu savait que sa victime n’avait pas 15 ans », a déclaré son avocate Catherine Bresson lors de l’audience. Les enquêteurs ont en effet découvert que sur le site, l’adolescent avait bien mentionné dans son texte de présentation n’avoir qu’entre 15 et 16 ans.

Après délibération, les magistrats du tribunal correctionnel de Besançon n’ont finalement pas retenu l’infraction sexuelle. L’homme, aujourd’hui âgé de 26 ans, ne sera pas inscrit au fichier des délinquants sexuels. Il a en revanche été condamné à 6 mois avec sursis et à une amende de 1.000 euros pour consultation de fichiers pédopornographiques.