Aveyron: Les tirs de défense contre le loup suspendus par la justice

JUSTICE Le tribunal administratif de Toulouse a suspendu un arrêté préfectoral autorisant les tirs de défense contre le loup dans une exploitation de Saint-Eulalie-de-Cernon...

J.R.

— 

Illustration d'un loup.
Illustration d'un loup. — G. Durand / 20 Minutes

L’association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) a obtenu gain de cause. Le tribunal administratif de Toulouse, saisi en référé par l’association, a suspendu un arrêté préfectoral du 20 avril autorisant les tirs de défense jusqu’à la fin de l’année contre le loup dans une exploitation de Sainte-Eulalie-de-Cernon qui a subi des attaques, rapporte Centre Presse.

Selon un récent comptage, un unique loup a été repéré dans ce département. Pour le tribunal, « la mesure consistant à autoriser des tirs de défense renforcée sur des animaux de l’espèce Canis lupus, dans une zone territoriale définie au sein de la commune de Saint-Eulalie-de-Cernon, porte une atteinte grave et immédiate aux intérêts que l’association entend défendre ».

Peu de loups dans le département

De plus, le juge a justifié sa décision du fait que l’éleveuse en question n’avait pas subi trois attaques dans l’année, la condition pour ces tirs de défense. Le tribunal a donc décidé de protéger l’espèce, qui compte peu d’individus dans l’Aveyron.

Pour le tribunal, le préfet de l’Aveyron « n’établit pas que la présence du loup met en péril l’activité » de l’exploitation, ni que la présence du loup « compromet la pérennité de l’élevage ovin dans le département de l’Aveyron ».