Cher: Un médecin accusé d'avoir violé 36 patientes, 18 ans de prison requis

COUR D'ASSISES Le Dr Thierry Dassas est également accusé d’avoir filmé certains de ces actes…

20 Minutes avec agences

— 

Un ancien médecin du Cher est accusé d'avoir violé 36 patientes. (Illustration)
Un ancien médecin du Cher est accusé d'avoir violé 36 patientes. (Illustration) — 20 MINUTES/SIPA

Dix-huit années de réclusion criminelle ont été requises mercredi à l’encontre d’un ex-médecin généraliste d’Argent-sur-Sauldre (Cher). Le docteur Thierry Dassas est accusé d’avoir violé 36 patientes et d’avoir filmé certaines de ces « consultations ».

L’homme, âgé de 68 ans et aujourd’hui retraité, comparaissait à Bourges depuis le 11 juin. Il encourt une peine maximale de vingt ans.

Certaines patientes mineures

Devant la cour d’assises du Cher, le ministère public a évoqué des viols digitaux ou à l’aide d’un instrument médical, « par surprise », lors d’actes présentés comme médicaux par la défense. La surprise fait partie de la définition du viol dans le Code pénal, avec la violence, la menace ou la contrainte.

Il est ainsi accusé d’avoir pratiqué des examens gynécologiques indus sur 36 patientes, dont certaines mineures au moment des faits, et d’avoir filmé ces actes pour neuf d’entre elles.

Verdict ce vendredi

Une expertise médicale effectuée sur les vidéos et les déclarations des plaignantes a démontré que les actes pratiqués par le docteur Dassas n’étaient pas des actes médicaux, notamment en raison du nombre de touchers vaginaux effectués et du nombre de positions demandées. L’accusé a effectué jusqu’à onze touchers vaginaux en différentes positions lors d’une même auscultation filmée.

L’avocat de la défense, Frank Natali, a, lui, demandé à la cour d’écarter les accusations de viols. « Je suis convaincu qu’il n’a jamais été dans une problématique de pénétration sexuelle », a-t-il plaidé. Le verdict est attendu ce vendredi.

>> A lire aussi : Un médecin jugé pour une agression sexuelle présumée sur une patiente vulnérable

>> A lire aussi : Il déshabillait ses patientes venues pour une radio