Nantes: Jugé aux assises pour l'assassinat de sa femme, dissimulé pendant plusieurs mois

PROCES Le procès de Yann Marchand, accusé d'avoir tué sa femme aux Sorinières, s'ouvre ce lundi et pour sept jours à la cour d'assises de Loire-Atlantique...

Julie Urbach

— 

Le palais de justice de Nantes.
Le palais de justice de Nantes. — JS Evrard/AFP

Il était passé aux aveux, trois mois après la disparition de sa femme. A partir de ce lundi, Yann Marchand est jugé pour assassinat devant la cour d'assises de Loire-Atlantique. Ce père de deux jeunes enfants comparaît pour avoir tué son épouse, Céline Sablé-Marchand, en mars 2015. Le drame s'était noué dans leur propriété des Sorinières, au sud de Nantes

Avant de tout avouer, Yann Marchand avait mis du temps, environ deux mois, pour signaler la disparition de sa femme à la gendarmerie. Ce sont des amis du couple, inquiets de ne plus voir Céline, qui l'avaient sommé de le faire. Un appel à témoin avait été lancé avant que les enquêteurs ne se rendent compte qu'il ne s'agissait pas d'un départ volontaire, comme l'avançait alors l'accusé...

Il brûle son corps pour le faire disparaître

Ce dernier avait finalement reconnu avoir frappé Céline Sablé-Marchand à l'aide d'un outil terrassement, avant de brûler son corps pour le faire disparaître. Les analyses avaient confirmé que les quelques traces ADN retrouvées appartenaient bien à son épouse. Quelques jours plus tard, une marche blanche avait réuni 200 personnes dans la commune des Sorinières pour lui rendre un dernier hommage. 

Le procès, qui doit durer sept jours, doit permettre d'en savoir plus sur ce qui a poussé l'accusé à commettre de tels actes, et s'ils étaient prémédités. Il semble que le couple, marié depuis dix ans, était sur le point de se séparer. Plusieurs membres de la famille de Céline se sont constitués parties civiles.