VIDEO. Pyrénées: Trois hommes en garde à vue, neuf mois après la vidéo musclée d’opposants à l’ours

CHASSE A L'OURS Trois militants d’une association opposée à la réintroduction des ours dans les Pyrénées sont en garde à vue, suite à la diffusion en septembre d’une vidéo d’hommes armés appelant à rouvrir la chasse au plantigrade…

B.C.

— 

Capture d'écran de la vidéo du commando relançant la chasse à l'ours diffusée en septembre dernier.
Capture d'écran de la vidéo du commando relançant la chasse à l'ours diffusée en septembre dernier. — DR

Depuis ce jeudi matin, trois personnes sont en garde à vue dans le cadre d’une vidéo diffusée mi-septembre. Des opposants à la présence de l’ours dans les Pyrénées avaient envoyé à plusieurs médias ces images, annonçant clairement leur intention de rouvrir la chasse à l’ours. Masqués et armés, les membres du commando expliquaient « Nous, montagnards d’Ariège, éleveurs, randonneurs, chasseurs, élus, citoyens disons à l’Etat : “Stop ça suffit” ».

La préfète de l’Ariège avait immédiatement critiqué « cette simagrée d’organisation terroriste » et porté plainte. Dans la foulée, la procureure de la République de Foix avait ouvert une enquête.

Quelques semaines auparavant, des agents de l’Office national de la chasse et la faune sauvage avaient été agressés​ par des hommes armés alors qu’ils se rendaient sur le terrain pour constater des dégâts commis par l’ours.

Militants de l’Aspap

Dans le cadre de ces affaires, trois personnes ont donc été convoquées ce jeudi par la gendarmerie ariégeoise pour être placées en garde à vue, dont l’emblématique porte-parole de l'association pour la sauvegarde du patrimoine d'Ariège-Pyrénées (Aspap), Philippe Lacube, opposant de longue date à la réintroduction de l’ours sur le massif.

Ce dernier, « serein », devait être entendu à Pamiers. Guy Denjean, aussi de l’Aspap, était convoqué à Lézat, et son fils Christian à Saint-Girons. Ils étaient accompagnés de nombreux soutiens.