Landes: Un adolescent victime du «Blue Whale Challenge» porte plainte

JUSTICE Un adolescent Landais a porté plainte après s'être blessé en participant à un challenge en vogue sur les réseaux sociaux et qui consiste à relever des défis dangereux...

E.P. avec AFP

— 

Illustration d'une voiture de gendarmerie, ici à Rennes.
Illustration d'une voiture de gendarmerie, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Le « Blue Whale Challenge » (défi de la baleine bleue), jeu dangereux en vogue sur les réseaux sociaux, a fait une victime en Nouvelle-Aquitaine, un jeune Landais qui a finalement porté plainte après s’être blessé.

« Il s’agit d’un adolescent qui se serait infligé des blessures en participant à ce jeu » assimilé à une forme de cyber-harcèlement, a précisé la gendarmerie.

Selon une information de Sud Ouest, non confirmée par la gendarmerie, le jeune homme se serait « scarifié l’avant-bras » et aurait porté plainte sur les conseils d’un enseignant alerté par ses blessures.

Des défis morbides

Ce dépôt de plainte, pour l’instant isolé dans la région, a incité la gendarmerie des Landes à lancer un appel à la vigilance sur sa page Facebook.

« Les participants doivent réaliser des actions souvent idiotes, dangereuses et parfois même morbides (telles des scarifications), dont certaines sont susceptibles de porter atteinte à la dignité ou à l’intégrité physique des personnes », met en garde la gendarmerie des Landes, saisie de l’enquête.

A la suite de plusieurs cas mortels à l’étranger, la police nationale avait lancé une mise en garde en mars 2017 sur les réseaux sociaux contre les risques de ce jeu mortifère.

Le « défi de la baleine bleue » vient de Russie, et cible les 12-15 ans sur les réseaux sociaux. Enrôlés par un « tuteur » dénommé la « baleine », les participants entrent dans une spirale de 50 défis de risque croissant (privation de sommeil, écoute de musiques violentes, scarifications) à réaliser en 50 jours jusqu’à l’étape ultime : le suicide.

>> A lire aussi : Hérault: Un collégien de 12 ans retrouvé pendu chez lui

>> A lire aussi : Cybersécurité: Comment les forces de l'ordre luttent contre les défis idiots sur les réseaux sociaux