Aix-en-Provence: Un militant du groupuscule d'extrême droite Bastion social prend quatre mois de prison ferme

PROCES Il a été reconnu coupable de « violences aggravées commises en réunion en raison d’une appartenance raciale »...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ouverture du siège du Bastion social à Marseille, le 24 mars 2018.
L'ouverture du siège du Bastion social à Marseille, le 24 mars 2018. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Condamné en comparution immédiate. Un jeune homme se revendiquant du Bastion social, un groupuscule d’extrême droite, a été condamné mercredi à un an de prison, dont 4 mois ferme, pour avoir agressé un couple d’automobilistes d’origine maghrébine samedi à Aix-en-Provence.

Né à Lyon au printemps 2017, le « Bastion Social », fondé par des membres du Groupe Union Défense (GUD), syndicat étudiant d’extrême droite, a ouvert en septembre un local à Aix-en-Provence puis six mois plus tard dans le centre de Marseille. En France, le Bastion social adhère aux thèses du « grand remplacement » qui entraîne la disparition des « peuples européens », tout en affirmant lutter contre le « capitalisme ultra-libéral ».

Les trois autres prévenus relaxés

Le jeune homme de 23 ans, qui comparaissait avec trois autres prévenus devant le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence pour « violences aggravées commises en réunion en raison d’une appartenance raciale » a vu sa peine assortie d’une mise à l’épreuve de deux ans. Il a en outre été condamné à indemniser les victimes dont la voiture avait été endommagée et a interdiction de séjourner à Aix-en-Provence.

Les trois autres prévenus, âgés d’une vingtaine d’années, ont été relaxés, selon la même source. Les militants se revendiquant du Bastion social avaient été arrêtés dans la nuit de samedi à dimanche après s’en être pris à la sortie d’un bar d’Aix-en-Provence à un couple d’automobilistes d’origine maghrébine qui a dit avoir reçu des insultes racistes.

Dans la journée de samedi, le groupuscule d’extrême droite avait organisé une manifestation pour exiger « la préférence nationale ».