Etats-Unis: Cinq ans de prison pour l'un des pirates à l'origine de l'attaque de Yahoo en 2014

HACKER Avec cette condamnation, la justice « a envoyé un message clair aux pirates informatiques : participer à des cyberattaques financées par des Etats aura des conséquences importantes »…

20 Minutes avec agences

— 

Les trois avocats de Karim Baratov, jeune Canadien de 23 ans accusé d'avoir mené, avec d'autres, l'attaque informatique contre Yahoo en 2014.
Les trois avocats de Karim Baratov, jeune Canadien de 23 ans accusé d'avoir mené, avec d'autres, l'attaque informatique contre Yahoo en 2014. — Sudhin Thanawala/AP/SIPA

Un Canadien de 23 ans a été condamné ce mardi à cinq ans de prison. Il est l’un des pirates à l’origine de la cyberattaque massive qui a visé le groupe Yahoo en 2014.

Il est coupable d’avoir été embauché, avec un autre « hacker », par les services secrets russes pour pirater des comptes mails Yahoo entre 2014 et 2016. L’attaque avait touché 500 millions d’utilisateurs au total. L’homme a également écopé d’une amende recouvrant tout ce qu’il possède.

Trois autres personnes inculpées

Le rôle du jeune Canadien dans cette attaque était de « pirater les comptes mails de personnes intéressant son [complice], qui travaillait pour le FSB, et de [lui] fournir les mots de passe contre de l’argent », écrit le ministère. L’attaque visait particulièrement des journalistes russes, des responsables gouvernementaux russes et américains ainsi que des salariés du privé. Du côté de la Russie, on a toujours nié ces accusations.

La justice a voulu envoyer « un message clair aux pirates informatiques : participer à des cyberattaques financées par des États aura des conséquences importantes », a déclaré le procureur fédéral de Californie (États-Unis).

En plus de Karim Baratov, trois autres personnes ont été inculpées dans ce dossier : deux agents du FSB, Dmitri Dokoutchaïev et Igor Souchtchine, ainsi qu’un autre pirate informatique, le Russe Alexeï Belan (« Magg »).

>> A lire aussi : YouTube accusé de systématiquement démonétiser les vidéos évoquant la sexualité et le corps des femmes

>> A lire aussi : Piratage: Deux jeunes Français arrêtés à Paris pour avoir supprimé le clip «Despacito» sur YouTube