Calvados: Les ébats de sa voisine gênent le sommeil de son bébé, il la menace avec un sabre japonais

CONDAMNATION Ce trentenaire a menacé de « couper la tête » de sa voisine et de son compagnon, trop bruyants lors de leurs ébats amoureux…

20 Minutes avec agence

— 

Un palais de justice (illustration).
Un palais de justice (illustration). — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le tribunal correctionnel de Caen (Calvados) a condamné un père de famille réunionnais à dix mois de prison avec sursis, mercredi 23 mai, pour avoir menacé sa voisine avec un katana.

La raison de sa colère ? Les bruyants ébats amoureux d’une jeune femme qui gênaient le sommeil de son bébé âgé de deux mois, rapporte Actu.fr. Les faits se sont produits en janvier dernier à Vire-Normandie. La petite fille de l’accusé, née prématurée, venait de sortir le jour même de la maternité.

Elle empêchait le nourrisson de faire la sieste

Le père de famille a expliqué qu’il avait prévenu sa voisine une semaine avant que sa compagne et son bébé ne reviennent de la maternité. Il lui aurait donc demandé un peu de discrétion dans l’expression de son plaisir. Mais la victime, n’a, semble-t-il, pas tenu compte de sa demande et peu après le retour des jeunes parents, les vocalises ont recommencé.

L’homme âgé de 31 ans a alors frappé à la porte de sa voisine avant de l’insulter. La dispute a dégénéré et le père de famille s’est emparé d’un sabre japonais, fixé au mur de son appartement et l’a brandi en direction de sa voisine et de son compagnon. « Vous les avez menacés de leur couper la tête », a en effet indiqué la présidente du tribunal.

Dix mois avec sursis et mise à l’épreuve

La procureure de la République a requis huit mois de prison, dont quatre avec sursis, à l’encontre du trentenaire. Mais le tribunal a été plus clément et a condamné le Réunionnais à dix mois avec sursis.

Actuellement détenu pour délit de fuite et conduite sans permis de conduire, il a également écopé d’une mise à l’épreuve de deux ans dès sa sortie de prison, prévue le 7 juillet prochain ainsi que de l’obligation de se soigner. Il lui est, en outre, désormais interdit de détenir une arme.

>> A lire aussi : Aisne : Les amants se croyaient tranquilles au milieu d’un champ

>> A lire aussi : Angers: Un homme convoqué par la justice se présente avec un sabre au tribunal