VIDEO. Huit hommes et une femme pour juger le bijoutier de Nice qui a tué un braqueur

JUSTICE C’est une cour d’assises à la composition inhabituellement masculine qui juge, depuis ce lundi matin, Stephan Turk pour le meurtre d’Anthony Asli, qui venait de le braquer dans sa bijouterie... 

Michel Bernouin

— 

Plus d'un million de personnes soutiennent le bijoutier sur une page Facebook.
Plus d'un million de personnes soutiennent le bijoutier sur une page Facebook. — ANP / 20 Minutes

C’est une cour d’assises très masculine qui va juger Stephan Turk, le bijoutier de Nice. Autour du président Patrick Veron et de ses deux assesseurs, cinq hommes et une seule femme ont pris place. Ils composent un jury atypique, presque exclusivement masculin et d’âge plutôt mûr.

Une composition qui satisfait la défense de Stephan Turk, et sur laquelle elle a fortement pesé. Me Franck de Vita a ainsi récusé quatre jurés, le maximum autorisé par la loi. « Dans cette affaire, compte tenu de la personnalité de la victime [un jeune homme de 19 ans], il fallait récuser les jeunes qui pourraient s’identifier et les femmes », explique le ténor habitué des cours d’assises.

Une seule femme

En face, le ministère public n’a utilisé qu’à une seule reprise son droit à la récusation. « Je ne récuse habituellement jamais de jurés, confie Caroline Chassain, l’avocat général. J’ai fait une exception parce qu’il n’y avait que des hommes et qu’il m’a semblé important que le jury soit un minimum représentatif de la population. » Bonne pioche : le tirage au sort du dernier juré désigne enfin une femme.

Ce jury contraste avec le banc des parties civiles, où ont pris place les proches de la victime : six jeunes femmes, parmi lesquelles ses deux sœurs, et un jeune homme. C’est que l’opinion publique pourrait influencer le verdict. Après le braquage mortel en septembre 2013, près 1,6 million de personnes soutenaient Stephan Turk via une page Facebook. En solidarité, une marche avait même été organisée quelques jours plus tard.

La cour se donne jusqu’à vendredi pour juger Stephan Turk pour le meurtre d’Anthony Asli.

>> A lire aussi : Nice: «Fatigué et très angoissé», le «bijoutier de Nice» est arrivé au tribunal