Nancy: Une mère de famille jugée pour un triple infanticide sur ses enfants à la naissance

JUSTICE Une femme de 44 ans est jugée pour le meurtre de trois de ses enfants à la naissance. La prévenue parle de déni de grossesse et nie avoir tué ses bébés…

G.V. avec AFP

— 

Illustration justice. Strasbourg le 29 01 07.
Illustration justice. Strasbourg le 29 01 07. — G . VARELA / 20 MINUTES

A 44 ans, une mère de quatre enfants, soupçonnée d’avoir donné la mort à ses trois nouveau-nés entre 2000 et 2009, comparaît ce jeudi devant la cour d’assises à Nancy.

Deux bébés, nés en 2000 et 2007, avaient été découverts en 2007 et 2009 par le père dans un congélateur pour le premier, puis dans un panier à linge pour le second, à Ecrouves et à Foug (Meurthe-et-Moselle). Les restes d’un troisième bébé avaient été trouvés par les enquêteurs dans les combles du domicile, sur les indications de la mère de famille, en 2009.

« Elle n’avait pas conscience d’être enceinte »

Dans ses déclarations, la quadragénaire a affirmé avoir découvert ses grossesses tardivement et avoir accouché seule. Elle affirme qu’à chaque accouchement, le bébé n’avait pas bougé et n’avait pas pleuré. « Elle démentait avoir voulu cacher ses grossesses et avoir tué ses nouveau-nés. Elle maintenait qu’elle n’avait pas conscience d’être enceinte et ne parvenait pas à s’expliquer le fait qu’elle ait conservé la dépouille de ses enfants défunts », explique l’accusation. Un dernier enfant est né alors que l’accusée était en détention provisoire. Son compagnon a assuré ignorer les grossesses de sa concubine rencontrée en 1994 et c’est lui qui avait alerté la police. Les causes du décès ont pu être établies pour le premier nouveau né (une détresse respiratoire aiguë liée à l’inhalation du liquide amniotique), mais pas pour les deux autres, en raison de leur état de décomposition avancée.

La mère de famille, placée en détention provisoire en 2009, avait bénéficié d’un contrôle judiciaire quelques mois plus tard. Le verdict est attendu vendredi et l’accusée encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

>> A lire aussi : «Le déni de grossesse peut concerner toutes les femmes»