Corbeil-Essonnes: 15 ans de prison pour un proche de Serge Dassault pour tentative d’assassinat

JUSTICE En 2013, un homme a tiré en plein centre-ville de Corbeil-Essonnes, ville dont Serge Dassault a été maire, après une altercation sur la redistribution d’argent du magnat…

Floréal Hernandez

— 

Une personne en prison. (Illustration)
Une personne en prison. (Illustration) — ANSOTTE/ISOPIX/SIPA

L’affaire remonte à 2013 quand Younès Bounouara, aujourd’hui 46 ans, a tiré en plein centre-ville de Corbeil-Essonnes (Essonne) sur Fatah Hou, blessant grièvement ce boxeur professionnel désormais handicapé à 55 %. Quelques heures plus tôt, une violente altercation avait éclaté entre les deux hommes. Au cœur de la dispute, des révélations du Canard enchaîné au sujet du sénateur LR Serge Dassault, maire de Corbeil-Essonnes entre 1995 et 2009.

Bounouara, un relais du millionnaire dans les quartiers sensibles, aurait touché 1,7 million d’euros en échange de l’aide apportée à l’élection en 2010 d’un fidèle de Dassault à la mairie. Bounouara aurait décidé de ne pas redistribuer cet argent, « comme il devait le faire », selon la version de Hou.

Serge Dassault n’est pas venu témoigner

Pour avoir tiré sur Fatah Hou, Younès Bounouara, jugé en appel devant les assises du Val-de-Marne pour une tentative d’assassinat, a été condamné mardi à 15 ans de réclusion criminelle, comme en première instance.

Entendu comme témoin assisté, Serge Dassault avait reconnu l'existence de dons​ à Bounouara pour financer un projet en Algérie, mais récusé les soupçons d’achat de votes, qui lui valent une mise en examen dans un dossier distinct.

L’avocate de Fatah Hou, Marie Dosé, a regretté que Serge Dassault, qu’elle avait cité à témoigner comme en première instance, ne se soit à nouveau pas présenté. « On m’a reproché de politiser le débat, mais ce n’est pas de la politique, c’est de la mafia », a-t-elle dit dans sa plaidoirie, estimant que son client avait représenté un danger pour le « système Dassault et les cols blancs de Corbeil-Essonnes » qu’il avait voulu dénoncer.