Manche: Deux anciens prisonniers font condamner l’État pour mauvaises conditions de détention

PRISON L’État va devoir payer plus de 6.000 euros à ces deux ex-détenus de la maison d’arrêt de Coutances en Normandie…

20 Minutes avec agence

— 

Deux anciens détenus ont dénoncé leurs conditions de détention à la maison d'arrêt de Coutances (Manche).
Deux anciens détenus ont dénoncé leurs conditions de détention à la maison d'arrêt de Coutances (Manche). — Capture d'écran/Google Maps

Les juges de la Cour administrative d’appel de Nantes ont condamné l’Etat à verser 6.300 euros d’indemnités à deux anciens détenus de la maison d’arrêt de Coutances (Manche). Les ex-prisonniers, incarcérés entre 2011 et 2014, avaient dénoncé des conditions de détention « qui portent atteinte à la dignité humaine », rapporte ce vendredi 18 mai Actu.fr.

Des cellules mal aérées et exiguës

En mai 2011, le contrôleur général des lieux de privation de liberté avait déjà constaté que les fenêtres des cellules - que les ex-prisonniers dénonçaient comme « de faible dimension »- étaient couvertes « d’une grille de métal » et ne permettaient pas une aération correcte.

L’un des deux anciens prisonniers a aussi raconté avoir vécu les 549 jours de sa peine dans un espace exigu, ne dépassant pas 3 mètres carrés à certaines périodes.

Une « grande promiscuité »

Les deux hommes ont enfin expliqué avoir parfois souffert d’une « grande promiscuité » avec les autres prisonniers. Ils auraient par exemple été contraints à dormir sur un matelas posé à même sur le sol.

En première instance, le tribunal administratif de Caen (Calvados) n’avait accordé que 500 euros à un seul des deux détenus, rappelle Actu.fr. Mais face à ces constatations, la cour d’appel de Nantes a jugé que les deux hommes avaient été incarcérés dans des conditions « excédant le seuil d’atteinte à la dignité humaine ».

>> A lire aussi : Marseille: Portes qui restent ouvertes, infiltration d'eau, saleté... Les Baumettes 2 déjà dans un piteux état

>> A lire aussi : Grasse: Des détenus creusent une galerie pour régler leurs comptes avec un autre prisonnier

>> A lire aussi : Prisons: La moitié des Français estiment que les prisonniers «sont trop bien traités»