Nîmes: Six mois ferme pour l'auteur d'une agression contre un couple homosexuel

HOMOPHOBIE Deux Gardois ont été condamnés pour l’agression d’un couple homosexuel à Pont-Saint-Esprit. Le tribunal a reconnu le caractère homophobe de ces violences...

Jérôme Diesnis

— 

Une manifestation contre l'homophobie
Une manifestation contre l'homophobie — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

A la barre du tribunal correctionnel de Nîmes, la victime s’avance et revient en détail sur cette soirée du 8 juin 2017, à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard. « Mon époux est mort un mois après que nous avons été victimes d’une agression homophobe. Michel était en pleine forme. Il s’investissait énormément dans la vie sociale de la cité. Il ne s’est jamais remis de cette agression. Il ne pouvait plus dormir, il avait peur du moindre bruit »

Pour lui, c’est leur homosexualité qui a déclenché ce déluge de coups. « Ce jour-là, il y a eu un effet de meute qui a provoqué à casser de l’homosexuel ». Les deux Gardois de 20 et 23 ans présents dans le box des accusés ont reconnu les coups, mais pas le caractère homophobe de l’agression.

« L’homophobie a été le catalyseur de cette dramatique altercation »

Persuadés du contraire, les magistrats les ont respectivement condamnés à six mois de prison ferme pour celui qui a porté les coups au visage, et à cinq mois avec sursis pour le second, pour outrage, rébellion, et violences sans incapacité commise en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre de la victime.

« L’homophobie a été le catalyseur de cette dramatique altercation », souligne le président du tribunal correctionnel dans son délibéré.