Cannes: Partouche porte plainte pour violation du secret de l'instruction dans l'affaire du casino

CONTRE-ATTAQUE Le casinotier réclame la «réparation du préjudice subi» après la chute de 20 % du cours de son titre en bourse…

F.B.

— 

Un casino (illustration)
Un casino (illustration) — Denis Charlet AFP

Le casinotier contre-attaque. Mis en cause dans une affaire qui a débouché sur la mise en examen de deux dirigeants de son établissement cannois, le groupe Partouche a déposé plainte pour violation du secret de l’instruction et diffamation, a-t-il annoncé jeudi.

Il réclame aussi « réparation du préjudice subi ». Le « battage médiatique » autour de l’affaire « a provoqué la chute du cours du titre en bourse de plus de 20 %, représentant 65 millions d’euros amputés de sa capitalisation », relève le groupe.

En mars, après plusieurs interpellations au 3.14, le président et le directeur général de ce casino de Cannes étaient mis en examen pour abus de biens sociaux dans une affaire impliquant des dissimulations de mises de poker, selon une source proche du dossier.

Une « campagne de discrédit »

« Dès le début de la perquisition, le 11 mars, un cameraman était présent aux côtés des enquêteurs. Les images qualifiées "d’exclusives" par M6, n’ont pu être réalisées que sur une information émanant des services de police », estime le groupe Partouche.

« Le 19 mars, le chef du service central des courses et jeux donnait une interview sur France Bleu Azur », détaille aussi le casinotier, alors que « le code de procédure pénale n’accorde qu’au seul procureur de la République le droit de s’exprimer ».

Le groupe Partouche, qui évoque une « campagne de discrédit », continue par ailleurs d’affirmer que « l’infraction d’abus de biens sociaux n’est nullement constituée ».

>> A lire aussi : Deux dirigeants du casino Partouche de Cannes mis en examen pour abus de biens sociaux