Amiens: Trois promoteurs immobiliers mis en examen pour escroquerie

JUSTICE La société immobilière Finaxiome, qui a fait faillite en 2012, se retrouve au cœur d’une affaire judiciaire…

G.D. avec AFP

— 

 Le tribunal d'Amiens.
Le tribunal d'Amiens. — Gilles Durand / 20 Minutes

Ils sont soupçonnés d’escroquerie, de faux et d’usage de faux. Trois responsables de Finaxiome, société spécialisée dans la vente de biens immobiliers défiscalisés désormais disparue, ont été mis en examen, début avril, a annoncé, jeudi, le procureur d’Amiens.

Nombreux programmes immobiliers concernés

Un notaire, qui conteste toute implication, a aussi été mis en examen pour complicité de faux et d’usage de faux, a précisé le parquet, confirmant une information du Courrier Picard. De nombreux programmes immobiliers sont concernés.

Une première vague de plaintes avait été déposée entre 2010 et 2011 par des clients d’une société dépendant du groupe financier Finaxiome, à Amiens. Ces plaintes faisaient suite à des acquisitions de biens immeubles effectuées en vente en état futur d’achèvement (VEFA) aux fins de défiscalisation.

Les victimes expliquaient avoir versé des acomptes sur la base de faux états d’avancement des travaux. Des dizaines de clients avaient porté plainte contre la société amiénoise pour escroquerie en 2013 et 2014.

Faillite de Finaxiome

Finaxiome, qui avait lancé « entre 20 et 25 programmes immobiliers dans toute la France », avait fait faillite en 2012 et n’avait pu mener à son terme la construction de logements, expliquait alors Philippe Parisot, président d’une association d’acquéreurs.

« Les propriétaires ont versé 90 % des sommes totales. Où est passé l’argent ? Des dizaines de millions d’euros ont disparu », ajoutait-il. Une information judiciaire avait été ouverte contre X en novembre 2013.