Notre-Dame-des-Landes: Plusieurs zadistes condamnés pour violences envers des gendarmes

JUSTICE Huit personnes ont été jugées et condamnées mardi pour des violences commises sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes...

20 Minutes avec AFP

— 

Des défenseurs de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes face aux gendarmes.
Des défenseurs de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes face aux gendarmes. — S.Salom-Gomis/Sipa

Plusieurs personnes interpellées ces derniers jours sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, dont un ressortissant belge, ont été condamnées mardi en comparution immédiate à des peines de prison par les tribunaux correctionnels de Nantes et Saint-Nazaire, a-t-on appris de source judiciaire.

Envoyées en détention

A Nantes, deux personnes, parmi lesquelles un ressortissant belge, comparaissaient pour « violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». Interpellé dimanche dans la zone de Notre-Dame-des-Landes, le ressortissant belge a été condamné à une peine de huit mois de prison ainsi qu’à une interdiction de séjour en Loire-Atlantique pendant cinq ans.

Une seconde personne, interpellée dimanche sur la ZAD, a demandé un délai pour préparer sa défense et a été maintenue en détention par le tribunal. L’affaire a été renvoyée au 17 mai.

Interdiction de séjour en Loire-Atlantique

A Saint-Nazaire, cinq personnes ont également été jugées en comparution immédiate par le tribunal correctionnel, essentiellement pour « violences aggravées sur personnes dépositaires de l’autorité publique » intervenues dans la zone de Notre-Dame-des-Landes.

L’une, interpellée vendredi, a été condamnée à quatre mois avec sursis avec obligation d’accomplir un travail d’intérêt général, « outre une interdiction de paraître dans le département de Loire-Atlantique ». Trois autres, arrêtées samedi, ont été condamnées à huit mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, ainsi qu’à une interdiction de présence en Loire-Atlantique.

La cinquième personne, interpellée samedi, a demandé un délai pour préparer sa défense et a été placée sous contrôle judiciaire avec interdiction de séjour en Loire-Atlantique dans l’attente de son jugement le 24 mai.

 

Instructions données aux gendarmes

Par ailleurs, deux personnes, interpellées lundi, ont été présentées au juge des libertés et de la détention en vue d’une comparution immédiate ce mercredi devant le tribunal correctionnel pour « violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique » commises dans la zone de Notre-Dame-des-Landes.

Enfin, les procureurs de la République de Nantes et Saint-Nazaire ont « donné des instructions fermes aux militaires de la gendarmerie afin qu’il soit procédé, lorsque les circonstances et le contexte le permettent, à l’interpellation de tout individu commettant des violences au préjudice des forces de l’ordre ».

Les représentants de la ZAD font régulièrement remarquer que la violence s’exprime aussi du côté des forces de l’ordre. Plus d’une centaine de blessés sont recensés du côté des zadistes depuis le 9 avril, date du début des opérations de gendarmerie.

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: Une rencontre entre zadistes et préfète pour trouver une issue