Lyon: Huit millions d’euros détournés par le biais d’aides à l’emploi

FRAUDE La police judiciaire de Lyon a mis à jour une vaste escroquerie présumée aux aides à l’emploi. Le montant de la fraude pourrait s’élever à huit millions d’euros…

C.D

— 

Le butin perdu par l'Etat depuis le début de la fraude s'élèverait à huit millions d'euros.
Le butin perdu par l'Etat depuis le début de la fraude s'élèverait à huit millions d'euros. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le montant pourrait constituer un record à Lyon. Sept personnes ont été mises en examen et deux d’entre elles écrouées pour une vaste fraude aux emplois aidés ayant rapporté presque 8 millions d’euros en deux ans.

Pendant plusieurs mois et dans la plus grande discrétion, une enquête a été menée par la brigade financière de la police judiciaire de Lyon à la suite d’une plainte déposée par l’agence de service et de paiement (ASP), qui gère les aides à l’emploi. Elle s’était aperçue que de nombreuses aides de l’Etat avaient été accordées à des sociétés sans que cela soit justifié, selon Le Progrès.

Une enquête ciblée depuis des mois

La brigade financière s’est mise à enquêter sur plusieurs de ces sociétés de beauté et de soins, basées à Lyon, en regardant de près les activités qu’elles déclaraient lorsqu’elles sollicitaient des contrats de travail aidés. Elle a même fini par douter de la véracité de leur existence.

Les enquêteurs ont ainsi découvert au fil des mois, une multitude d’entreprises et ont constaté qu’elles avaient été créées uniquement dans le but d’obtenir des aides de l’Etat.

Depuis le mois de novembre, sept personnes ont été arrêtées pour « escroquerie en bande organisée », parmi lesquelles Guilhem Putscher, un entrepreneur montpelliérain, gérant de la société New Lexel.