Meurtre d'Elodie Kulik: Jacky Kulik suspendu à une lettre anonyme pour savoir qui a violé et tué sa fille en 2002

ENQUETE Seize ans après le meurtre d’Elodie Kulik, la cour d’appel d’Amiens devrait ordonner, ce vendredi, d’entendre un témoin dont le nom a été cité dans une lettre anonyme…

Vincent Vantighem

— 

Des gendarmes escortent Willy Bardon jusqu'au palais de justice d'Amiens où il va être mis en examen pour le viol et le meurtre d'Elodie Kulik.
Des gendarmes escortent Willy Bardon jusqu'au palais de justice d'Amiens où il va être mis en examen pour le viol et le meurtre d'Elodie Kulik. — PHILIPPE HUGUEN / AFP
  • Elodie Kulik a été violée et tuée dans le Somme en 2002.
  • Les enquêteurs ont remonté la piste d’un suspect en 2013.
  • Celui-ci conteste, depuis, les faits qui lui sont reprochés.
  • L’enquête est aujourd’hui suspendue à l’analyse d’une lettre anonyme.

Jacky Kulik attend depuis plus de seize ans le procès qui permettra de faire la lumière sur le viol et le meurtre de sa fille, Élodie, dont le corps a été retrouvé calciné dans un champ proche de Péronne (Somme). Et il risque fort de devoir encore patienter. Alors qu’elle était appelée à se prononcer sur l’opportunité de juger aux assises Willy Bardon, le seul suspect dans cette affaire, la cour d’appel d’Amiens devrait mettre, ce vendredi, sa décision en suspens, le temps d’auditionner un témoin de dernière minute.

La faute à une lettre anonyme parvenue, en janvier, sur le bureau des juges. Ces derniers y ont découvert que la gérante d’un bar du secteur -aujourd’hui fermé- avait l’habitude de croiser dans son établissement Willy Bardon en compagnie de deux hommes. La cour d’appel devrait probablement autoriser l’audition de la gérante de ce bar afin de connaître le nom de ces deux hommes pour vérifier s’ils sont impliqués dans l’affaire.

L’ADN mène à un homme qui est mort depuis

« Il y a fort à parier que les noms des deux copains de Bardon soient en fait déjà connus des enquêteurs depuis longtemps, soupire Didier Robiquet, l’avocat de Jacky Kulik. Personne ne pense que cela fera vraiment avancer les choses. Mais on ne peut pas en faire l’économie. Ce serait terrible de se dire qu’on n’a pas tout fait pour connaître la vérité… »

Car elle a bien du mal à émerger dans ce dossier. Il a, en effet, fallu dix ans aux gendarmes pour mettre, en 2012, un nom sur l’ADN découvert sur un préservatif usagé et un mégot de cigarette à côté du corps de la jeune banquière âgée de 24 ans. Et quand ils ont enfin eu la certitude qu’il appartenait à Grégory Wiart, ils se sont aperçus que celui-ci était, depuis, mort dans un accident de voiture.

La voix de Willy Bardon isolée sur un appel aux pompiers

Les enquêteurs se sont alors intéressés aux proches de Grégory Wiart. C’est comme cela qu’ils ont remonté la piste de Willy Bardon. Les deux hommes avaient justement passé le réveillon du Nouvel An ensemble. Surtout, sa voix semble correspondre à l’une de celles isolées sur l’appel passé aux pompiers par Elodie Kulik le soir du drame, quelques instants avant d’être violée et tuée. Interpellé, Willy Bardon l’a reconnu lui-même avant de se rétracter et de prétendre qu’il n’avait rien à voir avec toute cette affaire.

Suffisamment tout de même, selon les juges, pour qu’ils décident de le renvoyer devant une cour d’assises afin d’y être jugé pour enlèvement, séquestration, viol en réunion et meurtre. Willy Bardon était donc, en janvier, en train d’épuiser ses derniers recours pour éviter ce procès quand la lettre anonyme est venue menacer le fragile équilibre judiciaire qui était parvenu à se mettre en place.

Jacky Kulik a promis à sa femme décédée que justice serait rendue

« On va entendre ce témoin et il va livrer le nom de copains de beuverie de Grégory Wiart et Willy Bardon et on ne sera pas beaucoup plus avancé, pronostique déjà maître Didier Robiquet. Sauf que tout cela va prendre une ou deux années de plus… »

Jacky Kulik attendra sans doute cette nouvelle échéance avec la même détermination. Juste avant que son épouse ne décède après neuf années de coma consécutives à une tentative de suicide, il lui a promis que justice serait rendue à leur fille. Reste à savoir quel jour.