«Le groupe de Tarnac est une fiction»: Le tribunal relaxe Julien Coupat et Yldune Lévy

SABOTAGE Après trois semaines de débats, le tribunal correctionnel de Paris a relaxé, ce jeudi, Yldune Lévy, Julien Coupat et la plupart de leurs coprévenus dans le procès de l'affaire dite de Tarnac...

Vincent Vantighem

— 

Yldune Lévy (photo) et son ancien compagnon Julien Coupat ont été relaxés, jeudi 12 avril 2018, au procès de l'affaire dite de Tarnac.
Yldune Lévy (photo) et son ancien compagnon Julien Coupat ont été relaxés, jeudi 12 avril 2018, au procès de l'affaire dite de Tarnac. — JOEL SAGET / AFP
  • Le procès de l’affaire dite de Tarnac s’est ouvert en mars.
  • Ce jeudi, le tribunal a prononcé une relaxe quasi générale.
  • Yldune Lévy a appelé à se mettre « En marche pour un mai 2018 ».

La plupart d’entre eux n’ont pas daigné se déplacer devant cette autorité judiciaire qu’ils ont tant critiquée. Et pourtant, ce jeudi matin, cette même autorité judiciaire a prononcé une relaxe quasi générale à l’encontre des huit prévenus jugés depuis le 12 mars dans l’affaire dite de « Tarnac », pour avoir tenté de saboter une ligne SNCF en novembre 2008.

Relaxés pour les faits d’association de malfaiteurs, Julien Coupat et Yldune Lévy, les deux principaux prévenus, n’ont finalement été reconnus coupables que de refus de prélèvement ADN et même dispensés de peine pour ces faits, le « trouble ayant cessé », selon les morts de Corinne Goetzmann, la présidente de la 14e chambre du tribunal.

« Le Groupe de Tarnac était une fiction », selon le tribunal

Dix ans après avoir été présentés par les autorités – Michèle Alliot-Marie en tête – comme de terroristes de l’ultra-gauche voulant faire dérailler des TGV, les prévenus ont donc été totalement réhabilités pas cette décision de justice. Pour une raison simple : « L’audience a permis de comprendre que l’appellation ‘Groupe de Tarnac’était une fiction », a résumé la présidente.

Pointant les « erreurs », les « imprécisions » et les « insuffisances » de l’enquête policière et judiciaire menée pendant dix ans, le tribunal a estimé que rien ne permettait de dire que Julien Coupat et Yldune Lévy s’étaient rendus en Seine-et-Marne pour saboter une ligne SNCF dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008.

Un week-end amoureux en Seine-et-Marne

En dix ans d’instruction et trois semaines d’audience, les deux prévenus ont toujours assuré qu’ils s’étaient rendus sur place pour un week-end romantique, voulant simplement dormir et faire l’amour dans leur voiture sur des chemins de terre.

« La conception qu’ils ont d’un week-end amoureux peut laisser dubitative… », a lâché la présidente du tribunal. Mais rien ne permet qu’ils ont bien posé les fers à béton ayant perturbé le passage d’un TGV Est à 5h du matin, cette nuit-là.

Yldune Lévy appelle à un mai 2018

« C’est une humiliation pour les services antiterroristes de l’époque, pour le juge d’instruction de l’époque et pour le parquet, a réagi Jérémie Assous, avocat de la plupart des prévenus. Dans n’importe quel état de droit, cette issue aurait été prononcée bien avant ! »

Seule prévenue à avoir fait le déplacement avec Bertrand Deveaud, Yldune Lévu, visiblement très émue, s’est contentée d’une déclaration très politique à la sortie du prétoire. « La seule chose qu’il faut retenir, c’est qu’il ne faut jamais cesser de se battre contre les machines à broyer, qu’il s’agisse des tractopelles de Notre-Dame-des-Landes ou pour l’occupation des facultés. »

Faisant un parallèle très clair avec le gouvernement d’Emmanuel Macron, elle a même promis, à sa manière, de reprendre le combat. « On nous dit d’être "En Marche" ! Mais "En Marche" contre quoi ? Je vous le dis, je vais me mettre "En Marche" vers l’avenir pour que mai 2018 ne soit pas qu’une triste commémoration [de mai 1968] ». Le parquet a toujours la possibilité de faire appel de ce jugement.

>> A lire aussi : Affaire de Tarnac. Un policier oublie des documents liés à l'enquête lors d'une perquisition

>> A lire aussi : Tarnac. Coupat se confie pour mieux disparaître

>> A lire aussi : Procès Tarnac. Chronologie d'un «fiasco» politico-judiciaire