Attentat de Magnanville: Une clé USB contenant des noms de policiers découverte chez une radicalisée

ENQUETE La jeune femme est actuellement en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat d'un couple de policiers à Magnanville (Yvelines) en juin 2016...

Caroline Politi

— 

Une clé USB est au coeur de l'enquête.
Une clé USB est au coeur de l'enquête. — POUZET/SIPA
  • Le support informatique a été retrouvé lors d'une perquisition dans un autre dossier. 
  • Les investigations techniques sont en cours. 
  • Dans l'enquête sur le double assassinat de Magnanville (Yvelines), les enquêteurs cherchent à déterminer comment a été ciblé le couple de policiers. 

C’est l’enquête dans l’enquête. Une clé USB contenant plusieurs centaines de noms de fonctionnaires de police a été découverte chez une jeune fichée S, a appris ce mardi 20 Minutes de source proche de l’enquête, confirmant une information du Point.

La jeune femme, Mina B., 25 ans, fait partie des six personnes interpellées dans l’enquête sur l’assassinat, en juin 2016, du couple de policiers à leur domicile de Magnanville, dans les Yvelines. Les enquêteurs cherchent notamment à déterminer comment le terroriste Larossi Abballa connaissait leur métier et savait où ils résidaient.

Perquisitions dans une autre enquête

La découverte de ce support informatique a été faite au printemps 2017 dans le cadre d’investigations distinctes. La jeune femme de 25 ans, soupçonnée d’avoir aidé une amie à tenter de rallier la Syrie, faisait alors l’objet d’une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs terroriste.

Elle a été mise en examen dans ce dossier en octobre et est actuellement en détention provisoire. C’est lors des perquisitions menées dans le cadre de cette enquête que la clé USB a été découverte.

Des investigations techniques en cours

Les investigations techniques de ce support informatique sont toujours en cours pour tenter de restaurer les données, dont une partie a été effacée. Néanmoins, selon nos informations, à ce stade des investigations, les noms des deux victimes de l’attentat de Magnanville, n’y figurent pas. Jean-Baptiste Salvaing était commandant adjoint du commissariat des Mureaux, sa compagne, Jessica Schneider, agent administratif d’un commissariat voisin.

Six personnes, dont une major de police et sa fille, ont été interpellées lundi matin dans l’enquête sur Magnanville. La fonctionnaire de police, âgée de 48 ans et ancienne déléguée syndicale chez Alliance, a accueilli pendant quelques semaines sous son toit Mina B., présentée comme une amie de sa fille. « Il s’agissait d’une jeune fille qui avait été mise à la porte par sa famille, elle l’a hébergée un temps à la demande de sa fille. Mais elle n’a jamais constaté de signe de radicalisation chez elle et ne savait pas qu’elle était fichée », indiquait lundi Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d’Alliance. Une enquête avait été diligentée par l’IGPN qui avait conclu à l’absence de faute. Dans ce dossier, trois personnes sont mises en examen.

>> A lire aussi : «Depuis l'attentat, j'ai interdit aux enfants de dire que nous sommes policiers»