Rennes: Le blogueur ultranationaliste Boris Le Lay une nouvelle fois condamné

JUSTICE Son site d’extrême droite Breizh Atao a fiché des militants de la cause des sans-papiers...

J.G.

— 

Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes.
Illustration d'une salle d'audience au tribunal correctionnel de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Déjà condamné à de multiples reprises pour injures publiques et raciales, menaces de mort et incitation à la haine raciale, le blogueur ultranationaliste breton Boris Le Lay était une nouvelle fois poursuivi devant le tribunal correctionnel de Rennes ce lundi après-midi.

Se présentant comme « le quotidien de l’État national breton », son site d’extrême droite Breizh Atao est accusé d’avoir « fiché » une trentaine de militants de la cause des sans-papiers en Bretagne. Une vingtaine d’entre eux avait déposé plainte courant 2016 pour « incitation à la haine, diffamation, injures publiques et provocation à la commission de crimes et de délits ».

Absent à tous ses procès, il serait exilé au Japon

Lors de l’audience, le procureur a estimé que le prévenu se comportait « comme un néonazi » et que les propos de ses publications rappelaient « le second conflit mondial et l’Holocauste », rapporte Ouest-France.

Systématiquement absent de ses procès, Boris Le Lay, qui serait exilé au Japon, a été condamné à 18 mois de prison et à une amende de 8.000 euros. Un nouveau mandat d’arrêt a également été prononcé à son encontre.