Bébé poussé dans la Garonne à Bordeaux: 20 ans de prison requis contre le père

JUSTICE L’avocat général Eric Seguin a demandé dans ses réquisitions une peine de 20 ans de prison à l’encontre d’Anthony Gaudry, le père soupçonné d’avoir poussé sa petite de 22 mois dans le fleuve, depuis une rambarde du pont de pierre…

E.P.

— 

Le 1 fevrier 2015, le pont de Pierre ‡ Bordeaux
Le 1 fevrier 2015, le pont de Pierre ‡ Bordeaux — no credit

Lundi s’est ouvert le procès d’Anthony Gaudry, jugé devant la Cour d'Assises de la Gironde  après le décès de sa fille, Yumi, âgée de 22 mois, tombée dans la Garonne depuis le pont de pierre, le 21 novembre 2014. L’avocat général Eric Seguin a requis ce vendredi 20 ans de prison contre l’accusé, et dix ans de sûreté. Le geste d'un « dépressif », « désespéré », un « guerrier fragile qui ne supportait pas de perdre la guerre »: la garde de l'enfant allait lui être retirée.

>> A lire aussi : Procès du père accusé d’avoir jeté sa fillette dans la Garonne : «J’ai été très très imprudent, je ne voulais pas ce qui s’est passé»

L'avocat général a décrit un « père aimant incontestablement son enfant, protecteur, hyper-protecteur même », mais l'aimant « d'un amour exclusif, morbide, où il n'y avait pas de place pour la mère ».

« Elle ne n'a jamais revue »

Cette mère, dont Anthony Gaudry était séparé depuis cinq mois, « il n'a jamais voulu qu'elle revoie (l'enfant). Elle ne l'a jamais revue », a déclaré pour sa part Me Hélène Poulou, avocate de la mère, partie civile, de la petite Yumi. Le corps avait été découvert cinq semaines plus tard, quelque 80 km en aval dans l'estuaire de la Gironde.

>> A lire aussi : Bordeaux: Ouverture du procès d'un père soupçonné d'avoir jeté son bébé dans la Garonne

« Ce n'est pas un accident », a martelé l'avocate, tandis que le père, depuis les faits, plaide la thèse de l'imprudence suivie d'un accident. L'enfant, assise sur le parapet métallique du pont alors qu'il lui montrait le fleuve, lui aurait échappé des mains en faisant un brusque mouvement et aurait basculé dans la Garonne.

Coup de coude au sternum ? Coup de pied ? Soudaine volte-face à 180 degrés de l'enfant ? Les versions successives fournies par l'accusé et « l'invraisemblance de la thèse » donnent « la nausée », estimera l'accusation qui pour autant ne retiendra pas la thèse de la préméditation mais plutôt celle d'un « guerrier malade, perdant pied », avec « tous les clignotants au rouge ce soir-là ». « Je cherche des explications pour savoir comment ça s'est passé », a affirmé à la barre l'accusé, qui comparaît détenu.

Pour le Dr Daniel Zagury, expert psychiatre, Anthony Gaudry n'avait « pas les idées claires » et se trouvait en « errance » le soir du drame: des allées-venues avec l'enfant, un premier passage sur le pont, un passage chez des amis, une pizza mangée avec l'enfant, puis un retour fatal sur le pont.« On ne peut éliminer une dimension homicide et suicide avorté », a dit l'expert.

L'avocat général a retenu une altération du discernement, et une atténuation de responsabilité, assortissant les 20 ans requis d'un suivi socio-judiciaire de 10 ans. Mais, relevant l'absence de sentiment de culpabilité ou de remords exprimé à la mère, présente à l'audience, il a prévenu les jurés que l'accusé, « égoïste forcené » mais « pas un monstre », mettra « beaucoup de temps à revenir dans le monde des humains ».

Le verdict est attendu tard vendredi soir.