Capture d'écran du compte Twitter de la mission des militants d'extrême droite montrant le C-Star.
Capture d'écran du compte Twitter de la mission des militants d'extrême droite montrant le C-Star. — DefendEurope

PROCES

Nice: Les anti-migrants du navire C-Star amènent leurs adversaires devant la justice

Le jugement a été mis en délibéré au 24 mai…

A la barre, appelé en tant que prévenu, il a déclaré : « Je suis à la place où devraient être ceux qui m’attaquent ». Le réalisateur franco-grec Yannis Youlountas, poursuivi avec un ami par trois leaders de Génération Identitaire pour s’être mobilisé contre le navire anti-migrants C-Star, s’est défendu mardi au tribunal correctionnel de Nice.

>> A lire aussi : Des pêcheurs tunisiens prêts à bloquer l'arrivée d'un navire de militants anti-migrants

A l’été 2017, cet animateur de « goûters philo » avait milité contre l’expédition montée en Méditerranée par le collectif d’extrême droite « Defend Europ » à bord du chalutier le C-Star, pour dissuader les ONG de secourir les migrants en mer.

« Diffamation », « injure », « provocation publique »

Pendant des semaines, Yannis Youlountas avait diffusé des articles et des publications sur Facebook, lui valant aujourd’hui de se voir réclamer d’importants dommages et intérêts pour « diffamation » et « injure ».

Son ami chroniqueur Jean-Jacques Rue était, lui, cité à comparaître pour « provocation publique à la commission d’atteintes volontaires à la vie d’une personne ».

>> A lire aussi : Une ONG secourant des migrants se porte au secours… du bateau anti-migrants

« Ce qui [les] gêne véritablement, c’est qu’on soit opposé aux frontières passoires […] à l’immigration de masse et à l’islamisation de l’Europe », a exposé Me Pierre-Vincent Lambert, au nom des trois accusateurs, l’Italien Lorenzo Fiato, l’Allemand Robert Timm et le Français Clément Gandelin, traités de « nazis » ou « nazillons ».

« Ils n’ont jamais eu d’accointance avec le national-socialisme. Je ne dénie pas le droit de condamner avec virulence, mais il ne faut pas tomber dans l’infraction », a dit l’avocat.

Une « vengeance », selon la défense

« Nous sommes dans quelque chose de l’ordre de la vengeance, car Yannis Youlountas a eu une responsabilité dans la mobilisation citoyenne qui a conduit le C-Star à se faire rejeter avant qu’il ne finisse en radeau », a rétorqué Me Dominique Tricaud pour la défense.

>> A lire aussi : Vers quelle(s) galère(s) vogue le C-Star, le bateau anti-migrants de militants d'extrême droite?

« Nous sommes dans un jeu de poupées russes… Les identitaires sont des néo-nazis », a-t-il soutenu, en précisant que le C-Star n’avait pu prendre la mer que grâce à des dons d’un ancien leader du Ku Klux Klan et d’une autre figure de l’extrême droite américaine.

Il naviguait aussi avec des néo-nazis notoires à son bord. « Voilà les joyeux boy-scouts auxquels on a affaire ! », a-t-il ironisé, en plaidant la relaxe pour ses clients.

Le jugement a été mis en délibéré au 24 mai.