Affaire Hélène Pastor: Ses assassins présumés jugés en septembre

ASSISES Parmi les dix accusés, huit répondront d’assassinat ou de complicité, dont le gendre de la richissime Monégasque, soupçonné d’avoir commandité le crime…

F.B. avec AFP

— 

Des enquêteurs autour du véhicule dans lequel Hélène Pastor a été assassinée le 6 mai 2014 à Nice
Des enquêteurs autour du véhicule dans lequel Hélène Pastor a été assassinée le 6 mai 2014 à Nice — Valery Hache AFP

Le procès est prévu sur un mois. Les assassins présumés de la milliardaire monégasque Hélène Pastor, dont son gendre polonais soupçonné d’avoir commandité le crime en 2014, seront jugés à l’automne devant la cour d’assises d’Aix-en-Provence.

Les différents recours ayant été purgés, l’affaire a pu être audiencée du 17 septembre au 19 octobre 2018, a indiqué Me Thomas Giaccardi, défenseur du fils de la milliardaire, Gildo Pastor.

>> A lire aussi : Le gendre d'Hélène Pastor accusé d'avoir voulu aussi éliminer son fils Gildo

Au total, dix accusés seront jugés, dont huit répondront d’assassinat ou de complicité, et d’association de malfaiteurs. Parmi eux, le gendre d’Hélène Pastor, Wojciech Janowski, qui nie les faits qui lui sont reprochés. Les deux autres sont renvoyés aux assises pour des infractions annexes.

« Je veux vous revoir car j’ai d’autres choses à dire »

Hélène Pastor, richissime femme d’affaire monégasque, avait essuyé une série de tirs le 6 mai 2014, à la sortie de l’hôpital L’Archet, à Nice, où elle venait de rendre visite à son fils Gildo.

>> A lire aussi : Monaco sous le choc après le guet-apens tendu à l'héritière d'un empire immobilier

Agée de 77 ans, elle était morte de ses blessures quinze jours après ce guet-apens. « J’ai peur, je veux vous revoir car j’ai d’autres choses à dire », avait-elle lancé aux policiers, avant de succomber.

Le chauffeur de cette héritière d’une famille italienne de bâtisseurs, Mohamed Darwich, également touché, était décédé le 10 mai.

Un contrat passé par le gendre d’Hélène Pastor

Les enquêteurs avaient rapidement remonté la piste du tueur présumé et de son complice, Samine Said Ahmed et Al Haïr Hamadi.

A partir d’un colossal travail d’analyse de quelque 3,5 millions d’appels téléphoniques, ils étaient ensuite remontés jusqu’aux commanditaires présumés et avaient vu se dessiner un scénario digne d’un polar : un contrat passé par le gendre de la richissime héritière, l’homme d’affaires Wojciech Janowski.

L’ex-consul honoraire de Pologne à Monaco avait d’importants problèmes d’argents, malgré le fait que sa compagne Sylvia Pastor, fille de la milliardaire, lui versait la majeure partie des 500.000 euros mensuels alloués par sa mère.

>> A lire aussi : Le mobile du crime d'Hélène Pastor serait bien financier

Un mois après les meurtres, la thèse d’un contrat avait été accréditée par les aveux de Pascal Dauriac, le coach sportif du gendre, qui avait affirmé être l’organisateur des assassinats à la demande du gendre de la victime, son beau-frère servant de recruteur.