Attentat terroriste dans l'Aude: Radouane L. faisait l'objet d'un «suivi effectif» en mars 2018

LIVE François Molins, procureur de Paris, a fait le point sur l'enquête en cours ce lundi...

L.Br.

— 

François Molins, procureur de Paris, le 23 janvier 2017.
François Molins, procureur de Paris, le 23 janvier 2017. — Witt/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Radouane Lakdim, 25 ans, a entamé son équipée meurtrière en volant une voiture à Carcassonne, blessant grièvement son conducteur et tuant son passager. Il s’en est ensuite pris à des CRS revenant d’un jogging. Enfin, l’assaillant a surgi dans un super U, tuant trois personnes.
  • Deux de ses proches ont été placés en garde à vue : sa compagne, une jeune femme de 18 ans fichée S, et l’un de ses amis, un mineur de 17 ans.
  • Les enquêteurs cherchent toujours à déterminer les raisons du passage à l’acte de l’assaillant djihadiste et à trouver d’éventuelles complicités.

A LIRE AUSSI

Attaques terroristes dans l'Aude: Latifa Ibn Ziaten, la mère d'une victime de Merah, affirme avoir croisé Radouane Lakdim

Attaques terroristes dans l’Aude: Jean, Hervé, Christian, Arnaud... Qui étaient les victimes?

Attaques terroristes dans l'Aude: Laurent Wauquiez dénonce la «coupable naïveté» d'Emmanuel Macron

VIDEO

 

19h20 : La petite amie de Radouane L. « présentait tous les signes d’une radicalisation »

La jeune femme s’était convertie à l’Islam à 16 ans, indique François Molins. Elle a crié « allahou akbar » lors de son interpellation par les forces de l’ordre.

19h13 : Radouane L. faisait l’objet d’un suivi effectif en mars 2018

Radouane L. est né en 1992 au Maroc et est arrivé en 1992 en France. Il est naturalisé français en 2004 à l’âge de 12 ans. Il est connu de la justice pour des faits de droit commun. Il était par ailleurs convoqué le 23 avril prochain devant le tribunal de Carcassonne pour des faits de port d’arme et de conduite sans permis.

Fiché S depuis 2014, il faisait l’objet d’un suivi effectif, toujours en cours en mars 2018, qui n’avait pas permis de déceler des signes de passage à l’acte.

19h12 : Arnaud Beltrame est décédé d’une « détresse respiratoire »

L’autopsie du lieutenant-colonel a révélé des lésions non létales à un bras et un pied, et une plaie très grave de la trachée et du larynx, ayant entraîné une détresse respiratoire à l’origine du décès

19h10 : L’assaillant a demandé la libération de Salah Abdelslam

Radouane L. retenait en otage une femme qu’il utilisait comme bouclier humain, lui mettant une arme sur la tempe. Le lieutenant-colonel Beltrame a entamé des négociations et demandé à prendre la place de la personne prise en otage, après avoir déposé son arme à terre.

Le lieutenant-colonel Beltrame a ensuite contacté ses collègues pour leur demander de quitter les lieux. Il a ajouté que l’assaillant demandait la libération de Salah Abdelslam, et menaçait de faire exploser des grenades.

19h05 : Le procureur François Molins raconte le déroulé des faits

Le 23 mars, entre 9 heures et 10h13 du matin, Radouane L, après avoir déposé sa sœur à l’école s’est rendu à la cité des Aigles à Carcassonne. Arrivé sur les lieux, il a tiré sur deux personnes qui se trouvaient là, l’une d’elles née en 1956 est décédée, la deuxième est toujours hospitalisée.

Radouane L quitté les lieux dans une Opel Corsa blanche dérobée à la victime.

A 10h25, il est passé derrière le commissariat de Carcassonne. A 10h32, il a fait mine de s’engager dans la rue menant à son domicile, avant de se rabattre brusquement sur l’axe routier, avant s'attaquer à des CRS qui revenaient de leur jogging.

 

19h04 : François Molins commence par « rendre hommage aux victimes tombées vendredi dernier »

Le procureur de Paris salue également l’intervention des gendarmes sur place.

 

 

19h00 : Trois jours après l’attaque dans l’Aude, le procureur de Paris François Molins tient une conférence de presse ce lundi

Le magistrat s’était rendu sur les lieux vendredi et avait organisé une première conférence de presse dans la soirée à Carcassonne.

Deux proches de l’assaillant, sa compagne de 18 ans et un ami âgé de 17 ans, sont toujours en garde à vue lundi. Les enquêteurs cherchent à déterminer les raisons du passage à l’acte de Radouane Lakdim.