Affaire Brice Taton: La peine de prison d’un meurtrier serbe du supporter du TFC allégée en appel

HOOLIGANISME Djordje Prelic, 33 ans, a vu sa peine passer de douze ans à dix ans en appel, ce lundi à Belgrade…

N.S. avec AFP

— 

Les supporters du TFC saluent la mémoire de Brice Taton lors du match contre Lorient au Stadium de Toulouse, le 4 octobre 2009.
Les supporters du TFC saluent la mémoire de Brice Taton lors du match contre Lorient au Stadium de Toulouse, le 4 octobre 2009. — A. Gelebart / 20 Minutes
  • Brice Taton, supporter du TFC, est mort des suites d’une agression menée avant un match de Coupe d’Europe à Belgrade, en septembre 2009.
  • La cour d’appel justifie notamment sa décision par « le casier vierge » de Prelic.

Selon la cour d’appel, à Belgrade, le premier verdict n’avait pas accordé « une importance adéquate aux circonstances atténuantes » en faveur de Djordje Prelic. Ce Serbe de 33 ans a vu sa peine de prison de douze ans, prononcée en première instance en juin 2017, ramenée à dix ans, ce lundi. Il avait été condamné pour le meurtre du supporter toulousain Brice Taton en septembre 2009 à Belgrade, lors d’une attaque menée avant le match de Ligue Europa entre le club local du Partizan et le TFC.

Dans un communiqué, la cour d’appel évoque notamment « le casier judiciaire vierge [de Prelic] et le fait qu’il ait dévoilé certains faits qui ont facilité à la cour de déterminer les circonstances exactes de l’événement ».

Chef de file du groupe Alcatraz

Le trentenaire est présenté dans les médias serbes comme l’ex-chef de file du groupe de supporters Alcatraz, considéré comme un noyau dur des hooligans du Partizan. Il avait été condamné par contumace en janvier 2012 à 15 ans de prison. Il était alors en fuite. Prelic a été arrêté en février 2013 à Barcelone et extradé en 2014 vers la Serbie. Il avait demandé à être rejugé et avait nié toute implication dans le meurtre.

>> A lire aussi : Le TFC se félicite de l’arrestation d’un meurtrier de Brice Taton

Treize autres hooligans du club belgradois avaient alors été condamnés à des peines de quatre à quinze ans de prison suite à la mort de Brice Taton le 29 septembre dans un hôpital de la capitale serbe. Douze jours plus tôt, le jeune homme de 28 ans avait été attaqué alors qu’il se trouvait avec d’autres supporters du TFC à la terrasse d’un café. Il avait été retrouvé grièvement blessé à la tête et au thorax en bas d’un escalier suite à une chute d’une hauteur de plus de quatre mètres.

Une photo de Brice Taton devant l'ambassade de France à Belgrade, le 30 septembre 2009
Une photo de Brice Taton devant l'ambassade de France à Belgrade, le 30 septembre 2009 - SRDJAN ILIC/AP/SIPA

Un autre supporteur du Partizan, Dejan Puzigaca, dont le procès s’est ouvert en avril 2017, doit encore être jugé. Arrêté à l'aéroport d'Athènes alors qu’il arrivait de Thaïlande muni de faux papiers et habillé en moine orthodoxe, cet homme de 36 ans a été extradé vers la Serbie en avril 2016.