Accusations de viols: L’alibi lyonnais de Tariq Ramadan s’effondre

JUSTICE Selon le « Journal du dimanche », l’un des alibis avancé par l’islamologue accusé de viols par plusieurs femmes aurait été démenti par un témoignage recueilli par les enquêteurs…

V.V.

— 

L'islamologue controversé Tariq Ramadan, le 26 mars 2016 à Bordeaux
L'islamologue controversé Tariq Ramadan, le 26 mars 2016 à Bordeaux — UGO AMEZ/SIPA
  • Tariq Ramadan a été mis en examen et placé en détention provisoire pour viols.
  • Quatre femmes l’accusent d’avoir abusé d’elles.
  • L’islamologue nie avoir eu des relations sexuelles avec elles.
  • Selon le « JDD », l’un de ses alibis se serait effondré récemment.

À quelle heure Tariq Ramadan a-t-il atterri à Lyon (Rhône) le 9 octobre 2009 ? Les enquêteurs parisiens de la 2e division de la police judiciaire auraient, enfin, réussi à obtenir la réponse à cette question sur laquelle ils planchent depuis des mois. Selon Le Journal du dimanche, l’un des témoins auditionné le 8 mars dernier aurait confirmé être allé chercher l’islamologue à l’aéroport de Lyon le 9 octobre 2009, vers 11h15, dans le cadre de l’organisation d’une conférence qu’il devait donner le soir même.

>> Les faits: Tariq Ramadan mis en examen pour viols et incarcéré

Un témoignage problématique pour sa défense. Depuis le début de l’enquête, Tariq Ramadan a toujours expliqué qu’il n’avait pas pu agresser Christelle*, l’une de ses quatre accusatrices, l’après-midi du 9 octobre comme elle le prétend car il n’avait atterri à Lyon qu’à 18h35.

Un autre mail qui indique que Ramadan arrive à 11h15

Mais, actuel président de l’Union des jeunes musulmans, l’association qui organisait la conférence à laquelle Tariq Ramadan participait en 2009, Yassine Djemal aurait confirmé qu’il était bien allé le récupérer à l’arrivée de son vol à 11h15 et qu’il l’avait ensuite déposé à l’hôtel Hilton où Christelle dit avoir été agressée.

>> Chronologie: Retour sur l'affaire Ramadan en dix dates

Yassine Djemal aurait indiqué aux policiers que l’islamologue devait effectivement arriver à 18h35 à Lyon, ce jour-là. « Mais, le 1er octobre 2009, j’ai [reçu] un autre mail du bureau qui me dit que Tariq arrivera finalement à 11h15 au terminal 1 de l’aéroport », a-t-il expliqué, selon les informations recueillies par le JDD.

Une pétition de soutiens recueille 125.000 signatures

Accusé par quatre femmes (trois en France et une aux États-Unis) de viols et agressions sexuelles, Tariq Ramadan a été mis en examen et placé en détention provisoire, début février, en dépit de ses dénégations constantes. Atteint, selon lui, d’une sclérose en plaques, il a été hospitalisé au début du mois de mars dans l'attente d'une nouvelle expertise médicale.

Une pétition lancée par plusieurs de ses soutiens et réclamant sa libération a déjà recueilli plus de 130.000 signatures. Une cagnotte créée en ligne, afin de l’aider à payer ses avocats, a, elle, atteint les 100.000 euros récoltés.

Pour la première fois depuis le début de l’affaire, cette semaine, Emmanuel Marsigny, son avocat, a donné une interview pour demander aux médias de respecter la présomption d’innocence de son client. Et rappelait qu’il conteste toujours autant les faits qui lui sont reprochés.

* Le prénom a été changé