Gard: Le prêtre affirme qu'il voulait «prévenir» des ados des dangers d'internet

FAITS DIVERS Mis en examen pour corruption de mineurs sur internet, le prêtre de 45 ans assure pour sa défense qu’il n’avait pas d’intention délictuelle et voulait seulement adresser un message de prévention aux jeunes…

20 Minutes avec AFP

— 

« Le prêtre a avoué la matérialité des faits », a expliqué son avocat. (Photo d'illustration)
« Le prêtre a avoué la matérialité des faits », a expliqué son avocat. (Photo d'illustration) — KONRAD K./SIPA

Un prêtre de 45 ans, mis en examen mercredi soir à Nîmes pour « corruption de mineurs » sur Internet, affirme n’avoir pas eu « d’intention délictuelle » et avoir voulu au contraire prévenir des adolescents des « dangers d’Internet », a déclaré vendredi à l’AFP son avocat.

Soupçonné d’avoir attiré des jeunes de 14 ans sur les réseaux sociaux en s’affichant comme une fille de 18 ans, ce prêtre, qui a été suspendu par le diocèse, est également mis en examen pour «  chantage » et a été placé sous contrôle judiciaire.

>> A lire aussi :«Pédophilie, un silence de cathédrale», un documentaire fouillé et bouleversant

Des photos dénudées

« Le prêtre a avoué la matérialité des faits », a expliqué à l’AFP son avocat Baptise Scherrer. « Il regrette et il est conscient qu’il est allé trop loin. Il affirme qu’il n’y a pas eu d’intention délictuelle dans ses agissements, poursuit le pénaliste nîmois. L’objectif consistait dans la prévention des dangers de l’Internet, allant jusqu’à solliciter parfois, une photo dénudée pour mettre l’accent sur ce danger. »

L’avocat assure que les photos étaient immédiatement supprimées et que le prêtre informait alors les jeunes de son âge et de son sexe. « Le message de prévention aux adolescents était immédiatement délivré en insistant sur le caractère dangereux d’Internet », ajoute Me Scherrer.

>> A lire aussi : Qu'a changé l'affaire Preynat, révélée à Lyon, un an après sa médiatisation?

Sept ans de prison encourus

Une enquête était ouverte depuis quelques mois après que trois jeunes adolescents ont expliqué avoir été attirés sur internet par un interlocuteur qui se présentait comme une fille de 18 ans. Les mineurs avaient fourni au prêtre des photos d’eux dénudés, pensant qu’ils allaient séduire la jeune fille en question.

Le prêtre est également suspecté d’avoir fait chanter un jeune en lui disant qu’il allait diffuser des images de lui dénudé sur les réseaux sociaux. « Le chantage évoqué n’a pas été mis à exécution », souligne l’avocat.

Le prêtre, qui encourt sept ans de prison, « n’a jamais rencontré physiquement ou parlé à ses jeunes interlocuteurs », relève encore son conseil.