Sarkozy mis en examen: L'avocat de l'ancien chef de l'Etat va faire appel du contrôle judiciaire

ENQUETE Nicolas Sarkozy est sous contrôle judiciaire, une première pour un ancien chef de l'Etat sous la Ve République...

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy au 20 Heures de TF1, le 22 mars 2018.
Nicolas Sarkozy au 20 Heures de TF1, le 22 mars 2018. — Handout / TF1 / AFP

Me Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, a indiqué qu’il allait faire appel du contrôle judiciaire auquel est soumis l’ex-président ce vendredi.

Mis en examen dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007, l’ancien président n’a pas le droit de se rendre en Libye ni de rencontrer neuf protagonistes de cette affaire, dont deux très proches, Claude Guéant et Brice Hortefeux.

>> A lire aussi : Soupçons de financement libyen. Après la mise en examen de Nicolas Sarkozy, Les Républicains dans l'embarras

Son placement sous contrôle judiciaire est une première pour un ancien chef de l’Etat sous la Ve République : en 2009, Jacques Chirac avait été mis en examen dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, mais n’avait pas été soumis à cette mesure. D’après son strict contrôle judiciaire, Nicolas Sarkozy a également interdiction de se rendre en Égypte, Tunisie et Afrique du Sud, a indiqué la source proche du dossier, confirmant une information de RTL.

Des accusations niées par le chef de l’Etat

Nicolas Sarkozy, qui a conservé son passeport, n’a pas le droit de rencontrer neuf personnalités du dossier. Parmi elles, outre Brice Hortefeux et Claude Guéant, figurent Bernard Squarcini, ex-chef du renseignement intérieur (DCRI), l’homme d’affaires Alexandre Djouhri, placé en détention provisoire à Londres dans l’attente de son éventuelle extradition vers la France, et Ziad Takieddine.

L’ancien chef de l’Etat dément toutes les accusations dont il fait l’objet. Nicolas Sarkozy s’est défendu avec vigueur jeudi soir sur TF1, promettant de « faire triompher [son] honneur », victime de « l’ignominie » de la « bande de Kadhafi » et de Mediapart. « Je dois aux Français la vérité : je n’ai jamais trahi leur confiance », a-t-il affirmé.