Rennes: L’ancien médecin préconisait un vaccin à partir de matières fécales

JUSTICE Il avait déjà été radié en 2006 pour charlatanisme...

J.G.

— 

Illustration d'un cabinet de médecin
Illustration d'un cabinet de médecin — VALINCO/SIPA

Un ancien chirurgien urologue de 80 ans était jugé lundi devant le tribunal correctionnel de Rennes pour « exercice illégal de la médecine ». Les faits incriminés se sont déroulés entre le 1er septembre 2011 et le 21 décembre 2014 dans la capitale bretonne.

En 2006, l’ancien médecin avait déjà été radié du Conseil de l’ordre des médecins pour charlatanisme, rapporte Ouest-France. Une sanction qui ne l’a pas empêché de poursuivre ses activités comme « consultant ». « J’ai continué parce que des gens me suppliaient », a-t-il confié à la barre.

Une amende de 5.000 euros requise et l’interdiction définitive d’exercer

Lors de l’audience, la présidente du tribunal a détaillé les pratiques assez singulières de ce médecin qui pratiquait l’autovaccin. Cette méthode consiste à prélever les matières fécales d’un patient avant de la lui réinjecter après un traitement dans un laboratoire et de nombreuses dilutions, précise le quotidien. Il est notamment reproché au prévenu d’avoir fait une injection à une patiente contre son gré.

>> A lire aussi : Un médecin ORL de Libourne suspendu pour discrimination et islamophobie

Une accusation réfutée par l’ancien prévenu. « C’est faux, je ne force jamais personne. Si le malade ne comprend pas mes méthodes, je le mets à la porte ! », a-t-il déclaré. Le procureur a requis une amende de 5.000 euros à son encontre ainsi qu’une interdiction définitive d’exercer. La décision a été mise en délibéré au 3 avril.