VIDEO. Affaire Maëlys: Nordahl Lelandais, entendu ce lundi, va-t-il en dire plus aux juges?

PROCES Lors de sa dernière audition le 22 février, Nordahl Lelandais avait choisi d’exercer son droit au silence…

20 Minutes avec AFP
— 
Des gendarmes lors des recherches du corps de Maëlys (image d'illustration).
Des gendarmes lors des recherches du corps de Maëlys (image d'illustration). — AFP

Nordahl Lelandais va-t-il sortir de son silence ? Le principal suspect dans la mort de Maëlys de Araujo le 27 août lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère doit être auditionné à nouveau ce lundi par les juges. La famille de la petite fille attend beaucoup de cette nouvelle audition.

Depuis ses aveux le 14 février dernier, Nordahl Lelandais s’est enfermé dans le silence. Cet ancien militaire de 35 ans avait reconnu ce jour-là avoir tué « accidentellement » la petite fille, sans révéler les circonstances du drame. Cela avait permis aux gendarmes de retrouver le corps de Maëlys, caché dans un massif montagneux à Oncin-Attignat, en Savoie.

Images pédopornographiques

Depuis, le mis en examen n’a plus jamais parlé, pas même ce 22 février, où il avait choisi d’exercer son droit au silence au tribunal de Grenoble. C’est un « homme cadenassé dans ses secrets » et « figé comme un bloc de glace », selon une source proche du dossier citée par Le Parisien. L’interrogatoire devrait porter notamment sur les circonstances de la mort de la petite fille et sur sa consultation de sites d’images pédopornographiques le soir des faits.

>> A lire aussi : VIDEO. Nordahl Lelandais est-il impliqué dans d'autres affaires de disparitions non résolues?

En attendant ses rendez-vous avec la justice, Lelandais est toujours détenu dans une unité hospitalière spécialement aménagée dépendant du centre psychiatrique de Bron. Nordahl Lelandais est aussi le principal suspect dans la mort du caporal Arthur Noyer la nuit de sa disparition, sans avouer cependant l’avoir assassiné, ce dont la justice le soupçonne. L’ancien militaire de 35 ans a fait cette déclaration le 5 février devant la juge qui instruit l’affaire Noyer à Chambéry.