Orne: Une octogénaire «mangée» par des chiens, un an avec sursis pour la propriétaire

FAITS DIVERS La vieille dame avait été violemment attaquée par trois molosses alors qu’elle se promenait…

20 Minutes avec agence

— 

Un chien de race Cane Corso (illustration).
Un chien de race Cane Corso (illustration). — Wikipedia

Le 6 décembre 2017 aurait pu être fatal à une octogénaire, gravement blessée après avoir été attaquée par trois chiens alors qu’elle se promenait à Aube (Orne).

Ce jeudi 15 mars, la propriétaire des animaux comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Alençon pour « blessures involontaires avec incapacité supérieure à trois mois par agression d’un chien », indique Le Réveil Normand.

Des molosses en divagation

L’enquête de voisinage a révélé que les chiens, de race American Buffy et Cane Corso, avaient « l’habitude de divaguer ». L’attaque a eu lieu à environ 3 kilomètres du domicile de leur propriétaire.

« Ils ont mangé la dame jusqu’à l’os, notamment au bras gauche dont on ne comprend même plus comment il tient, comment un miracle chirurgical a pu s’opérer », a déclaré le procureur de la République, François Coudert. Lors de l’attaque, la victime s’est protégée le visage avant de chuter et de perdre connaissance. La victime écopera de 100 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) et est encore, ce 15 mars, hospitalisée. « Son pronostic vital a été engagé pendant de nombreux jours. Elle avait les bras déchiquetés jusqu’à l’os et les deux cuisses mordues. Tous les membres ont été touchés. Seul le visage a été épargné parce qu’elle l’a protégé avec ses bras ».

Des témoins ont tenté de lui porter secours

Des témoins ont tenté de mettre fin à l’agression « mais ont eu peur et ont renoncé avant qu’un autre, en revenant avec sa voiture, a fait s’éloigner les chiens à coups d’accélérateur et de klaxon ». L’un des molosses avait fini par prendre la fuite, tandis que les deux autres ont pu être calmés par un témoin avant d’être capturés par les sapeurs-pompiers.

Pour la défense, la victime « se souvient du choc de l’attaque, de la douleur des morsures et elle souffre encore aujourd’hui (…). L’attaque des chiens a eu un impact psychologique énorme sur ma cliente qui devra, à son retour au domicile, aménager son logement, s’entourer d’une aide ménagère et recevoir des soins quotidiens, elle qui était totalement indépendante avant l’attaque », a déclaré l’avocate de l’octogénaire.

>> A lire aussi : Les hommes et les personnes dépressives auraient plus de risques de se faire mordre par un chien

La propriétaire « sincèrement désolée »

La propriétaire avait été rapidement identifiée. Au tribunal, la trentenaire a déclaré être « sincèrement désolée », et expliqué que ses chiens s’étaient enfuis ce jour-là. « J’ai mis des poteaux en béton neufs, des pergolas, j’ai tout refait mais ça coûte cher et j’en ai marre de casquer pour des petits cons qui s’amusent à faire des conneries », s’est-elle défendue.

Elle a également précisé que l’un de ses anciens chiens avait déjà tué le chien de son voisin… Elle avait alors voulu le faire euthanasier : « Mais le vétérinaire n’avait pas voulu car il n’avait pas la rage. Alors, je l’ai abattu et je l’ai fini à coups de pelle ».

La trentenaire a été condamnée à douze mois de prison avec sursis et à l’interdiction définitive de détenir un chien « que ce soit en tant que propriétaire ou gardienne ». Les chiens responsables de l’attaque ont été euthanasiés.