Tarn: Il avait tué un jeune cambrioleur, le buraliste de Lavaur définitivement condamné

JUSTICE La Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par les avocats de Luc Fournié, ce cafetier tarnais condamné à dix ans de prison pour le meurtre d’un jeune cambrioleur…

B.C.

— 

Luc Fournié, le cafetier de Lavaur qui avait tué un jeune cambrioleur en décembre 2009.
Luc Fournié, le cafetier de Lavaur qui avait tué un jeune cambrioleur en décembre 2009. — P. Pavani / AFP

En décembre 2009, Luc Fournié, un cafetier de Lavaur, dans le Tarn, tuait un jeune cambrioleur de 17 ans. Sept ans plus tard, la cour d’assises de Toulouse le condamnait en appel à dix ans de prison pour « homicide volontaire », soit trois ans de plus qu’en première instance​.

>> A lire aussi: Dix ans de prison en appel pour le buraliste du Tarn

Une condamnation désormais définitive puisque la Cour de cassation a rejeté le pourvoi qu’avaient formé les avocats de Luc Fournié indique La Dépêche du Midi dans son édition du jour.

Armé d’un fusil et installé au rez-de-chaussée

Cette affaire avait défrayé la chronique car tout au long de ses procès le cafetier n’a cessé de plaider la légitime défense lorsque Jonathan 17 ans avait pénétré dans son établissement en pleine nuit avec son acolyte.

>> A lire aussi : La légitime défense au centre du procès en appel du buraliste qui a tué un jeune cambrioleur

Des arguments que la cour n’avait pas retenus jugeant que Luc Fournié avait mis en place, au cours des jours précédents un « stratagème afin de pouvoir tirer sur tout intrus qui entrerait ».

Quatre jours avant les faits, le patron du bar-tabac avait découvert que les barreaux d’une fenêtre étaient sciés. Après avoir alerté les gendarmes, il s’était armé d’un fusil et s’était installé durant la nuit au rez-de-chaussée pour y dormir en cas d’intrusion.

Après sa condamnation en décembre 2016, l'homme a été remis en liberté en juin 2017 et a été placé sous contrôle judiciaire. Ses avocats toulousains, Mes Boguet et Catala, ont indiqué au quotidien régional qu’ils allaient continuer la lutte et saisir la Cour européenne des droits de l'homme.