Procès Georges Tron: L'ex-secrétaire d'Etat poursuivi pour «viols en réunion» sera de retour aux assises dès le 22 octobre

PROCEDURE Georges Tron et son ancienne adjointe Brigitte Gruel qui nient en bloc les accusations de « viols » et « d’agressions sexuelles » portées par deux anciennes employées municipales…

20 Minutes avec AFP
— 
Georges Tron le 12 décembre 2017.
Georges Tron le 12 décembre 2017. — JACQUES DEMARTHON / AFP

Après un faux départ en décembre 2017, le procès pour «viols en réunion» de l’ex-secrétaire d’Etat et maire en exercice de Draveil (Essonne) Georges Tron se tiendra du 22 octobre au 16 novembre, a-t-on appris ce mardi auprès du parquet général de la Cour d’appel de Paris.

>> A lire aussi : Affaire des «massages de pieds»: Au procès de Georges Tron, c’est parole contre parole

Quatre semaines sont prévues devant les assises de Seine-Saint-Denis [du ressort de cette cour d’appel] pour juger l’élu LR et son ancienne adjointe Brigitte Gruel qui nient en bloc les accusations de viols et d'agressions sexuelles portées par deux anciennes employées municipales.

Le procès repartira de zéro

En décembre 2017, cette affaire devait être jugée durant neuf jours, mais avait été renvoyée au soir du quatrième : d’incident en incident, les débats avaient pris du retard et le président de la cour d’assises avait fini par reporter le procès après avoir été désavoué par la défense de Georges Tron. Son conseil Eric Dupond-Moretti avait ainsi révélé à l’audience que lors d’une conversation privée avec des avocats, le magistrat avait confié qu’il aurait préféré « que ce soit une femme qui préside ».

>> A lire aussi : Georges Tron assure qu'il n'est pas fétichiste des pieds

Le procès s’était ouvert quelques semaines après la déflagration Harvey Weinstein et le déferlement de récits de violences sexuelles qui a suivi. Ce contexte avait semblé accentuer la fébrilité des débats, ponctués d’invectives entre la défense et les parties civiles. Le procès repartira de zéro à l’automne, avec une durée sensiblement allongée pour entendre les dizaines de personnes appelées à témoigner.

Attouchements et pénétrations digitales

Le scandale avait éclaté en mai 2011 dans le sillage de l’arrestation à New York de l’ancien directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn, mettant soudain en lumière la passion de Georges Tron pour la réflexologie plantaire. Mais ce qui vaut au maire de Draveil d’être renvoyé devant les assises va au-delà de massages de pied impromptus : Virginie Ettel et Eva Loubrieu disent avoir subi des attouchements et des pénétrations digitales entre 2007 et 2010, sans être capables de s’y opposer, tétanisées face à leur employeur et son adjointe.

>> A lire aussi : Procès Georges Tron: «Je peux comprendre que mes incohérences peuvent me porter préjudice»

Georges Tron avait démissionné de ses fonctions de secrétaire d’Etat à la Fonction publique (2010-2011), mais pas de sa mairie de l’Essonne (30.000 habitants) à la tête de laquelle il a été réélu en 2014.